Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le Maroc en quête de fonds pour exploiter ses richesses gazières


Rédigé par le Samedi 20 Mars 2021

Deux projets gaziers importants sont sur le point de démarrer au Maroc cette année. En l’attente des décisions finales d'investissement, les projets en question pourraient ajouter 70 Mpi3 de gaz naturel au mix énergétique du Royaume dans les cinq prochaines années.



Le Maroc en quête de fonds pour exploiter ses richesses gazières
Une bonne nouvelle qui soutient l’ambition du Maroc de réduire sa dépendance au charbon et les importations coûteuses en provenance d'Algérie, explique GlobalData, une société de données et d'analyse de premier plan.

Le dernier rapport de GlobalData, intitulé « Morocco Exploration & Production », révèle que le Maroc est sur le point d'exploiter son potentiel gazier, même si le pays n'est pas un producteur majeur et importe la majeure partie de son gaz. « Le pays dispose de près de 700 milliards de pieds cubes de réserves dans les développements annoncés », révèle GlobalData.

Santiago Varela, analyste chez GlobalData, affirme que « la croissance productive devrait se matérialiser avec le lancement de la première phase de Tendrara, ville marocaine située dans la région de l'Oriental, qui prévoit de fournir des volumes de gaz d'ici la mi-2022 avec un prix d'équilibre de développement inférieur à 5$/mcf », ajoutant qu’ « Anchois, découvert en 2009, devrait produire le premier gaz en 2024 et sera de loin le plus grand développement gazier entrepris au Maroc à ce jour ».

Les financements bientôt débloqués ?

« Pour les deux projets, l'obstacle majeur est d'obtenir un financement adéquat, car aucun des deux opérateurs ne dispose de fonds suffisants pour entreprendre seul ces développements », souligne Valera.

L'opérateur Chariot Oil & Gas a eu du mal ces dernières années à convaincre les investisseurs de soutenir le financement du développement d’Anchois. Cependant, au cours de l’année achevée, la société a retracé avec succès les données sismiques qui ont conduit à une mise à niveau de 1 tcf de ressources récupérables.

En outre, la société a annoncé la manifestation d'intérêt d'Africa Finance Corporation et d'une banque multinationale d'investissement pour financer le projet, ainsi qu'un protocole d'accord pour les ventes de gaz avec le ministère marocain de l'énergie. Ces derniers développements rapprochent de plus en plus le Maroc du déblocage de son plus grand champ de gaz, et une décision finale d'investissement est sur le point d'être prise cette année.
 
Santiago Valera poursuit que « le Maroc n'a pas réussi à développer ses principales découvertes de gaz à ce jour, principalement en raison du fait que le pétrole a été la ressource préférée au gaz ». Toutefois, avec « l’accent mis sur le gaz actuellement, un cadre fiscal attractif et une forte demande intérieure, les opérateurs internationaux s’efforcent de développer les ressources du pays », avance-t-il.
 
Cependant, « si les aspects économiques des projets Tendrara et Anchois semblent tentants, il n'est pas encore clair si les opérateurs actuels seront en mesure de finaliser les financements nécessaires pour développer les champs », explique l’analyste, soulignant que « la sécurisation des capitaux est le dernier obstacle sur la voie du déblocage des ressources gazières du pays ».  

Une licence de Chariot Oil & Gas, négocié en décembre 2020

C’est en décembre dernier que les deux parties ont établi les conditions de cette nouvelle coopération. Il en est ressortit que la filiale de Chariot participerait à raison de 75%, le reste étant détenu par l’Office national des hydrocarbures et des mines du Maroc (ONHYM).

Ainsi, il a été convenu que les limites offshore du permis Lixus Offshore de Chariot s’étendraient sur la zone Rissana, couvrant une superficie de 8476 km2. Le permis en question contient la découverte de gaz Anchois, et des zones potentielles du nord.

Il a également été convenu que l'engagement initial minimum serait un levé sismique 2D sur une partie de la superficie pour aider à l'évaluation des gisements de gaz potentiels à travers Rissana.