Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Laâyoune : Charme irrésistible auprès des diplomates et investisseurs


le Mercredi 28 Juillet 2021

Dopée par sa stabilité et la qualité de ses infrastructures, la ville de Laâyoune a déployé ces dernières années un gros effort de séduction en direction des diplomates et des investisseurs en quête d’opportunités d’affaires.



Pour bien mériter son précieux statut de capitale du Sahara marocain, Laâyoune a entrepris un travail profond de modernisation qui a touché tous les secteurs de la vie et qui a métamorphosé le visage de toute une ville et le quotidien de ses habitants.

Conscient de leur impact certain sur l’économie, l’Etat a cassé la tirelire pour développer les infrastructures de base et les services de proximité, hérités dans un état lamentable de la période coloniale.

Routes, eau et électricité, sport et santé : Aucun secteur n’a été délaissé pour améliorer les conditions de vie des populations et renforcer l’attractivité d’une ville appelée à jouer un rôle de premier plan à l’avenir avec la mise en oeuvre de la régionalisation avancée.

Soucieux d’ériger les villes du Sahara en un trait d’union avec l’Afrique subsaharienne, l’Etat a changé de stratégie en vue d’imprimer plus de complémentarité aux projets inscrits dans le cadre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, lancé en 2015 par SM le Roi. Ainsi, un comité de pilotage est mis en place sous la présidence du chef du gouvernement pour arrêter les projets prioritaires, assurer la coordination entre tous les intervenants et agir promptement pour aplanir les difficultés qui pourraient retarder l’exécution des chantiers.

L’enjeu en vaut chandelle, car une enveloppe colossale de près de 80 milliards de dirhams a été mobilisée pour mettre en oeuvre une kyrielle de projets dans les domaines allant des routes aux hôpitaux en passant par les ports et l’enseignement. Le chantier prioritaire qui a été retenu sur ce front, de par son impact très fort sur l’économie des provinces du sud et sur leur interconnexion avec l’Afrique subsaharienne, est la voie express Tiznit-Dakhla sur plus de 1000 km. Un méga projet de près de 10 milliards de dhs qui avance à pas de géant.

Parallèlement, un Centre hospitalier universitaire (CHU) verra le jour dans les deux prochaines années à Laâyoune pour un investissement de 1,2 milliard de dhs. Adossée au CHU, une faculté de médecine et de pharmacie, mobilisant un budget de 257 millions de dhs, accueillera ses premiers étudiants dès la prochaine rentrée universitaire.

La ville de Laâyoune compte actuellement une panoplie de centres et d’instituts de formation dans tous les métiers et les filières et disposera dès la prochaine rentrée d’une Cité de métiers et de compétences, l’une des premières à voir le jour au Maroc, pour fédérer toutes les initiatives dans le domaine de la formation professionnelle.

Laâyoune capitalise sur ses infrastructures modernes et sur les succès diplomatiques engrangés par le Maroc dans le dossier du Sahara pour consolider son rayonnement international. Une dizaine de pays y ont déjà ouvert des consulats, alors que d’autres s‘apprêtent à franchir le pas à mesure que se renforce le mouvement de reconnaissance internationale de la marocanité du Sahara.

Dans le domaine du sport, la ville accueille de grandes manifestations comme la Coupe d’Afrique des nations de football en salle et la Coupe d’Afrique de handball.