Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Urgence sanitaire : La tutelle appelle à l'optimisation des appareils à oxygène


Rédigé par Hiba Chaker le Mardi 10 Août 2021

Une première depuis le début de la pandémie de Covid-19 : le ministère de la Santé a alerté officiellement les professionnels de la santé sur la nécessité d'améliorer l'utilisation de l'oxygène. Explication.



Khaled Ait Taleb, ministre de la Santé, a adressé un circulaire aux directeurs d'hôpitaux, hôpitaux universitaires et directeurs régionaux de santé, leur demandant d'améliorer la consommation d'oxygène médical « au vu de l'évolution de la situation épidémiologique liée à la pandémie de Covid-19, qui se caractérise par une augmentation significative du nombre de patients nécessitant une oxygénothérapie ».
 
Ainsi Ait Taleb a présenté plusieurs procédures qui doivent être respectées, et a tenu les responsables du secteur « de veiller à la stricte application de ces procédures et de les assurer ».
 
Parmi les mesures inscrites dans la circulaire ministérielle, l'accent est mis sur l'amélioration de l'utilisation des appareils d’oxygène à haut débit en fonction des besoins du patient, et l'élimination des fuites le long du tube, même minimes.
 
Ait Taleb a également souligné la nécessité de fermer tous les points de contact inutilisés et de s'assurer que les patients eux-mêmes n'ont pas la possibilité de modifier le niveau d'oxygène.
 
Le document recommandait en outre de s'assurer que lorsqu'un patient n'utilise pas activement un masque à oxygène, il coupe le flux d'oxygène qui lui est associé, en s'assurant que la capacité des bouteilles livrées est complètement épuisée avant de les séparer.
 
L'Organisation mondiale de la santé a précédemment mis en garde contre le début de la quatrième vague de Covid-19 au Maroc, qui se caractérise par la propagation de la version mutée « Delta », un variant plus infectieux et qui cause beaucoup plus de décès.


Aussi, l'Organisation mondiale de la santé a confirmé que la majorité des nouvelles infections et des cas hospitalisés concernent des personnes non immunisées.