Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Tunisie : Escarmouches entre manifestants et forces de sécurité près du parlement


Rédigé par La rédaction le Lundi 15 Novembre 2021

L’initiative «Citoyens contre le coup d’État» a appelé à une action devant le Parlement pour exiger un «retour à la voie constitutionnelle, et la reprise des travaux du Parlement gelé».



AFP
AFP
Des centaines de manifestants en Tunisie ont tenté d’atteindre le siège du parlement dans la capitale dimanche, pour protester contre la décision du président Kais Saied de geler l’action parlementaire et les mesures qui ont suivi depuis juillet dernier. Des accrochages ont eu lieu avec les forces de sécurité qui ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser.

Depuis le matin du dimanche, les forces de sécurité avaient fermé toutes les routes menant au Parlement, tandis que les manifestants tentaient d’enlever les barrières de fer, brandissant des slogans appelant au départ de Saied. L’initiative «Citoyens contre le coup d’État» avait précédemment accusé les autorités d’empêcher les citoyens d’arriver dans la capitale pour participer aux manifestations contre le président Saïd.

La Tunisie traverse une grave crise politique depuis que Saïed a annoncé son accession à tous les pouvoirs dans le pays, se fondant sur son interprétation de l’article 80 de la constitution de 2014. Ainsi, la constitution a été suspendue et a été nommée en tant que Premier ministre, Najla Boden, et des décrets légaux l’autorisant à diriger le gouvernement ont été publiés, au milieu des nombreuses critiques de juristes et d’hommes politiques qui ont croisé sur les craintes d’une « déviation autoritaire » en Tunisie.

Une opposition de plus en plus virulente L’opposition de plus en plus virulente, ainsi qu’une crise budgétaire imminente, peuvent présenter un nouveau test de la façon dont Saïed et le gouvernement font face aux menaces qui pèsent sur leur pouvoir. Jawhar bin Mubarak, l’un des leaders des manifestations contre Saïed, a déclaré : « Nous vivons un régime d’un seul homme et une dictature depuis le 25 juillet… Nous resterons ici jusqu’à la fin du siège de sécurité imposé aux manifestants ».

Saïed avait justifié ses mesures comme étant nécessaires pour mettre fin à la paralysie du gouvernement après des années de désaccords politiques et de stagnation économique, et avait promis de soutenir les droits et libertés acquis lors de la révolution de 2011 qui a amené la démocratie. Ses actions semblaient être populaires, des milliers de ses partisans se rassemblant pour le soutenir le mois dernier.

Cependant, un certain nombre d’éminents politiciens ont été arrêtés et des centaines ont été interdits de voyage, tandis que l’ancien président qui vit hors de Tunisie, Moncef Marzouki, est jugé pour son attaque verbale contre Saïed. La manifestation de dimanche fait suite à des affrontements la semaine dernière entre la police et des manifestants dans la ville d’Aqarib, au cours desquels une personne a été tuée.