L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Transparency International : 53% des Marocains dénoncent la montée de la corruption


Rédigé par L'Opinion Mercredi 31 Janvier 2024

Dans son tout dernier Indice de Perception de la Corruption (IPC 2023), publié ce mardi, Transparency International met en lumière la prolifération de la corruption et de l'impunité à l'échelle mondiale. Sur les 180 pays évalués, le Maroc se positionne au 97ème rang, avec un score de 38 sur 100.



L'Indice de Perception de la Corruption (IPC), qui scrute la probité des pays sur une échelle allant de 0 (très corrompu) à 100 (très propre), dévoile une situation préoccupante : plus de deux tiers des États étudiés en 2023 ont obtenu un score inférieur à 50. Avec une moyenne mondiale chutant à 43, la majorité des nations n'a enregistré aucune amélioration, voire a régressé, au cours de la dernière décennie. Seuls 28 sur 180 pays ont vu leur niveau de corruption s'améliorer, tandis que 34 ont vu la situation s'aggraver considérablement. Transparency International note également que 23 pays ont atteint leurs scores les plus bas cette année.

Cette tendance alarmante est attribuée à un « affaiblissement mondial des systèmes judiciaires » depuis 2016, réduisant ainsi la responsabilité des agents publics et créant un terrain propice à l'impunité. Les actes de corruption, tels que les pots-de-vin et les abus de pouvoir, ont infiltré de nombreux tribunaux et institutions judiciaires à travers le monde, selon l'Organisation Non-Gouvernementale.

Le Maroc dans la tourmente

Au sein de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, le Maroc se classe à la 97ème place mondiale avec un score inchangé de 38 sur 100 par rapport à 2022. Bien qu'il devance des pays tels que l'Algérie, l'Égypte et la Mauritanie, il est surpassé par les Émirats arabes unis, le Qatar, la Jordanie et la Tunisie. Un éclairage inquiétant sur la situation nationale révèle que 53% des citoyens marocains estiment que la corruption a augmenté au cours de la dernière année, et 31% admettent avoir eu recours à des pratiques corruptrices pour accéder aux services publics.

Les pays bien classés également touchés par l'impunité

Dans le classement global, le Danemark occupe la première place, suivi de la Finlande et de la Nouvelle-Zélande. Cependant, même ces nations modèles ne sont pas épargnées par des problèmes d'impunité, comme le souligne Transparency International. Les affaires de corruption transfrontalière impliquant des entreprises de ces pays bien classés révèlent des pratiques corruptrices lors de transactions à l'étranger. L'ONG souligne également que la montée de l'autoritarisme contribue à cette tendance, même dans des contextes démocratiques.

François Valérian, président de Transparency International
François Valérian, président de Transparency International
François Valérian, président de Transparency International, met en garde : « La corruption continuera de prospérer tant que les systèmes judiciaires ne seront pas en mesure de punir les actes répréhensibles et de contrôler les gouvernements ». Il insiste sur la nécessité de garantir l'indépendance des institutions chargées de faire respecter la loi et de lutter contre la corruption, plaidant pour la fin de l'impunité.

Pour l'ONG, la justice et un État de droit efficace sont essentiels pour prévenir et mettre fin à la corruption aux niveaux national et international. Ces deux composantes sont les « pierres angulaires de la démocratie et incarnent les notions d'équité et de responsabilité », souligne Transparency.

Des scores désastreux pour les pays en crise

Pendant que certains pays se battent pour maintenir la transparence, d'autres sombrent dans les abysses de la corruption, souvent exacerbée par des conflits internes et des institutions démocratiques chancelantes. L'Indice de Perception de la Corruption souligne cette triste réalité, plaçant en bas du classement des nations en proie à des troubles comme la Somalie (11), le Venezuela (13), la Syrie (13) et le Soudan du Sud (13).

Ces pays, plongés dans des conflits persistants, démontrent des scores alarmants qui mettent en lumière la corrélation directe entre la crise et la prolifération de la corruption : le Yémen (16), le Nicaragua (17), le Turkménistan (18) et la Libye (18) suivent, illustrant le sombre panorama des pires performeurs dans la lutte contre la corruption.



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Février 2024 - 20:09 Mairie de Rabat: Asmaa Ghlalou démissione







🔴 Top News