Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Qualité des services de santé, enseignement, prestations administratives...voici ce que pensent les Marocains


Rédigé par La rédaction le Vendredi 14 Janvier 2022

En 2021, 61,0% des ménages perçoivent une dégradation de la qualité des services de santé contre 15,1% qui perçoivent son amélioration. Ces proportions étaient de 60,2% et 11,4% respectivement en 2020, selon une enquête réalisée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP). Les marocains déplorent également la qualité de l'enseignement, mais affiche une certaine satisfaction quant à la qualité des prestations administratives. Détails.



Le solde relatif à l'indicateur du secteur de la Santé est passé à moins 45,9 points contre moins 48,9 points en 2020, indique le HCP. Quant à la qualité des prestations administratives, 55,2% des ménages perçoivent une amélioration de la qualité de ces prestations en 2021 contre 20,8% qui perçoivent sa dégradation. Le solde qui résume cette opinion a enregistré 34,4 points contre 40,6 points enregistré en 2020, fait savoir le HCP.

Par ailleurs, poursuit le HCP, 52,7% contre 17% des ménages perçoivent que la qualité de la situation en matière de protection de l’environnement s’est améliorée en 2021 et que le solde relatif à cet indicateur enregistre 35,7 points au lieu de 32,0 points en 2020.

Pour ce qui est de la situation des droits de l’Homme en 2021, 18,2% des ménages pensent que celle-ci s’est dégradée contre 15,8% enregistré en 2020, notant que le solde relatif à cet indicateur est passé à 24,1 points en 2021 au lieu de 26 points en 2020.

Et de préciser qu'en 2021, 56,9% contre 21,5% des ménages ont ressenti une dégradation de la qualité des services de l’enseignement alors que le solde relatif à cet indicateur est passé de moins 29 points en 2020 à moins 35,4 points en 2021.

L’enquête fournit également des données trimestrielles sur la perception des ménages relatives à d’autres aspects des conditions de vie, en l’occurrence la capacité des ménages à épargner et l’évolution des prix des produits alimentaires.