Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Première conférence de presse du président de Barcelone, Joan Laporta : « Le club doit connaître une réforme à tous les niveaux »


Rédigé par Rachid MADANI le Dimanche 30 Mai 2021



Joan Laporta a passé en revue l'actualité de Barcelone lors d'une conférence de presse, la première depuis qu'il a remporté les élections il y a près de trois mois. Le président « culé » s'est montré "moyennement optimiste" concernant le renouvellement de Koeman, n'a pas donné d'indices sur le banc d’entraineur et a prévenu qu'il était prêt à aller en justice contre l'UEFA si le club était sanctionné. D'autre part, il a assuré que l'audit mettait en lumière des choses inquiétantes sur l'ancien conseil d'administration et évaluait la possibilité d'en demander la responsabilité.
 
                                 Assainir la situation économique
 
Quand le Barça reviendra-t-il pour faire une belle signature sur le marché ? "Nous luttons pour inverser la situation économique. Nous sommes sûrs que nous le ferons. Nous avons des atouts très solides. Chaque jour, nous recevons des offres de parrainage de notre club. Je suis optimiste. Je suis convaincu que dans un an et demi ou deux saisons, on va retrouver la santé financière. Tous les clubs sont dans une situation difficile. Tous les clubs peinent à échanger des joueurs, à obtenir des transferts ... c'est un scénario compliqué, mais je suis optimiste et je pense qu'on va avoir une équipe très compétitive pour la saison prochaine".
 
                                               Barça sans Champions
 
 "J'ai dit à Ceferin que nous ne prévoyons pas de nous excuser d'avoir réfléchi. Nous ne prévoyons pas de payer une sanction. S'ils nous sanctionnent, nous irons au TAS. Une mesure de précaution a été obtenue qui nous permet d'organiser des compétitions. Abandon des clubs en raison de la pression du gouvernement des pays et de l'UEFA. Il y a toujours une entreprise qui a des droits attribués par un tribunal. Nous avons le droit d'organiser des compétitions, si nous le voulions. Nous voulons dialoguer. Avec l'UEFA, oui, mais c'est un problème mondial. Tous les clubs du monde sont endettés et ici il y a d'autres agents du monde du football qui s’enrichissent. "Si l'UEFA nous sanctionne, nous n'allons pas rester immobiles. Il y a le TAS et les tribunaux ordinaires".
 
                            La continuité de Messi
 
Pourcentage que Messi continue ? "Aux culés je leur dis que ça va bien. Que ce n'est pas fait et il faut continuer pour que ça se fasse. Quand je dis que Messi demande de l'affection, ce n'est pas qu'il le demande verbalement, mais que je le remarque. Il lui reste des années. Les joueurs apprécient ces années d'être à l'aise avec l'environnement, avec ce qui les entoure. Leo a beaucoup de caractère et de personnalité. Je sais qu'il fait de gros efforts pour comprendre notre proposition. Je pense ce qui a changé c'est qu'avant il y avait un président et maintenant il y en a un autre, ce que Messi aime. Avant il y avait un président qui l'a déçu. Leo veut que le Barça voie grand. Quand nous parlons d'une équipe compétitive, nous devons le montrer. Il veut une expérience éprouvée, un succès prouvé. Motivation. Exigence. Et il a cela avec moi. S'il a vu qu'il y a conformité... C'est à lui de décider.
                                                
                                  Xavi… nouvel entraineur ?
 
Pourquoi n'avez-vous pas de détermination pour Xavi comme pour Pep en 2008 ? "Cette opinion sur Xavi n'est pas vérifiée. Je le souhaite et je suis sûr qu'il sera un grand entraîneur. Il a un certain chemin et on peut être assuré ou pas. C'est compliqué parce que Xavi est un ami et complique tout... La solution n'est pas la même qu'en 2003 ou 2008. Les principes sont les mêmes, mais les situations nécessitent des actions spécifiques., des situations inattendues surviennent".
 
                                      Le retour de Guardiola
 
Excluez-vous Guardiola ? "Je sais que vous voudriez que je vous parle de mes basses passions, mais nous sommes en pourparlers avec Koeman, qui est sous contrat et mérite le respect". Le jeu de cette année. "Je n'entrerai pas dans les systèmes. J'aime le football et il y a des choses cette saison que je n'ai pas aimées et il y a des moments où j'ai apprécié. A Paris, on ne passe pas parce que le match aller a été un désastre, mais le retour nous a donné moral et nous avons joué un jeu qui a montré que nous pouvons être bien supérieurs. Qu'avec le bon système et les bonnes décisions, cela peut être reconnaissable et amélioré. Nous avons ce sentiment au conseil d'administration et c'est pourquoi nous exigeons d'être plus compétitifs.                                                 
 
                                Les conditions de Messi
 
Que demande Messi ? "La première chose qu'il demande, c'est de l'affection, d'être à l'aise et à l'aise. De sourire à nouveau et de passer un bon moment. De gagner et de voir qu'il peut gagner. C'est la seule chose. Il met beaucoup de sa part parce qu'il connaît l'effort très important que nous faisons".                                                                                                                            
 
                                                Aller à Montjuic
 
 "Nous allons essayer de rendre le projet compatible avec l'utilisation du stade avec la réforme. Il y aura un temps de huit mois, dans lequel le toit sera fait, dans lequel nous devrons déménager. Vous ne serez pas en mesure d'utiliser le stade à ce moment-là. Nous devons rendre compatible le calendrier avec les engagements que le stade a pour l'Estadi Olimpic". L'audit déterminera le budget final, qui sera plus élevé que prévu aujourd'hui. Nous avons discuté avec le conseil municipal pour présenter un meilleur plan. Si tout se passe bien, d'ici la fin de l'année, nous aurons la licence pour démarrer le projet de réaménagement du Nou Camp.                                                          
 
            Le président de la Ligue                                                                                                                             
 
"Le traitement que j'ai avec Tebas en privé est celui du respect. Puis, parfois, en public, il se présente de manière belliqueuse. Je suis surpris par certaines déclarations publiques si nous essayons de promouvoir le dialogue. Nous demandons le respect du Barça, tout comme nous nous respectons. Vous avez votre façon d’être et de vous exprimer, mais je veux penser qu’il favorise aussi le dialogue. Il connaît parfaitement le football, a de l’expérience et du succès. Il y a des points divergents concernant ce que nous pensons et ce que pensent les responsables de l'organisation des compétitions comme la Liga et la Ligue des champions. Il y a toujours eu des conflits. Nous essayons de nous asseoir à une table pour trouver des points de rencontre".                                                                                                       
 
                                    Masse salariale
 
"Nous inversons la situation économique. Nous l'avons à 110 pour cent du revenu attendu. Cela devra être ajusté et nous travaillons. Nous avons également le fair-play financier auquel nous ne nous conformons pas actuellement. Nous devons réduire les dépenses et augmenter les revenus. Nous avons des offres importantes pour le maillot, même si avec Rakuten nous voulons renouveler. Nous sommes déjà en pourparlers, mais nous en avons d'autres qui améliorent beaucoup ce que nous avons. La décision de l'entraîneur est celle du président du conseil d'administration. Nous suivons les recommandations de la direction sportive. Mais comme certains d'entre nous ont déjà parcouru un long chemin, imprimer notre sceau, ce sera notre décision raisonnée. Tout ce que nous faisons est basé sur l'argumentation et la réflexion sereine. Pas seulement l'entraîneur, mais le personnel d'entraîneurs... Tout le monde veut venir, mais c'est nous qui décidons. Nous avons un entraîneur avec un contrat en cours. Ce que j'aime, c'est les réaliser.
                                 
                                         Sortie des poids lourds                                                                                                                              
 
 "Nous parlons et nous parlerons avec chacun d'eux. Nous voulons partager des objectifs et des critères sur la façon de jouer. Une série d'aspects qui ont été assouplis ces dernières années parce qu'il n'y avait pas l'exigence nécessaire. Il n'y a pas eu de conséquences. A l'étage, les décisions n’ont pas été prises ou les messages n’ont pas été envoyés. C’est un travail que nous faisons quotidiennement dans la direction du football. Bien sûr, il y aura des départs". Avez-vous Koeman pour l'année prochaine ? "Je lui ai déjà dit très clairement ce que j'avais à lui dire. Nous évaluons la saison. Nous avons une relation claire et directe. C'est un entraîneur qui, à notre arrivée, était déjà là et a une autre année de contrat. Nous sommes en pourparlers pour des positions approximatives pour partager ce que nous voulons pour la saison prochaine. Tout y est évalué. Le professionnel, le comportement. Je pense qu'il est sur la bonne voie.  Rien ne nous échappe en termes d'objectifs. Nous allons travailler pour partager un modèle concernant l'équipe première et le football de base. Nous devons réduire toutes les possibilités et être tous impliqués Nous y travaillons. Le premier à connaître la décision sera Ronald. Ce sont des situations qui se sont produites dans le club avec une situation économique délicate. Elles ont généré des pertes importantes et une dette très importante. Nous restructurons la dette et, heureusement, nous avons des atouts très importants".                                                                                                                                              
 
       Quel est votre idéologue dans ce projet ?                                                                                                    
 
 
"Cela a toujours été Johan. Il est notre inspiration dans le style. Toutes les sections sont cruyffistas. Nous aimons le spectacle, gagner et le faire en jouant bien". L'audit révèle des situations surprenantes et inquiétantes. Je vais demander un débogage des responsabilités". Message au partenaire ! "Patience. La prochaine saison sera couronnée de succès. Je suis sûr que la préparation des équipes plaira aux Catalans". Audit. "Nous sommes toujours soumis à un audit, qui se terminera en juillet. Pour l'Assemblée, nous aurons plus d'informations. Des choses sortent qui doivent être résolues. Certaines choses inquiétantes sortent, d'autres surprenantes et d'autres compliquées, mais qui ont une solution. Nous serons transparents au maximum car ce que nous constatons doit être expliqué. Quand j'aurai l'audit, je les commenterai en profondeur avec le vice-président économique. Tout a une solution, mais le rythme n'est pas ce que je voudrais aimer.
 
                                                             
                                           Super ligue
                                                                                                                                              
Quand nous sommes arrivés, c'était déjà un projet très avancé. Il y avait 11 clubs. C'était important pour le Barça d'être là. Le Barça ne tournera jamais le dos aux mouvements du monde du football. Sauf les mouvements dans lesquels les grands de l'Europe est impliquée. Après avoir examiné les documents avec les avocats, nous avons conclu que nous devrions être là, mais faire des réserves. Nous sommes les seuls à l'avoir fait. Les réserves consistent à soumettre le projet à l'Assemblée. Ce club appartient aux membres. La position du Barça est claire. Défendre ses intérêts et rendre le football durable. Résoudre les problèmes qui font souffrir les clubs. Si les grands clubs subissent des pertes, cela finira par affecter les petits clubs.