Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Conso & Web zone

Pause : campagne ralentissant la propagation de la désinformation


Rédigé par Kawtar Chaat le Jeudi 8 Juillet 2021



L'initiative Verified des Nations Unies s'est efforcée, au cours d'une année tumultueuse à l'échelle mondiale, de réduire la désinformation sur les réseaux sociaux et ce, en s'associant aux meilleurs profiles de la science médicale et de la recherche comportementale afin d'identifier les facteurs prolongeant la pandémie.
 
Pour arrêter la propagation de la désinformation, la campagne Pause, lancée dans le cadre de l'initiative UN Verified de l'ONU, encourage les gens à marquer une pause pour vérifier la validité de toute information avant de la partager. En effet, une nouvelle étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT) indique que la campagne Pause peut entraîner le changement de comportement nécessaire.

Menée au Royaume-Uni et aux États-Unis, cette étude du MIT indique que le simple fait de s'arrêter pour remettre en question l'origine, la crédibilité, la pertinence et l'exactitude de toute information avant de la partager, réduit considérablement les taux de désinformation. Selon la même étude, les personnes exposées au contenu de la campagne Pause étaient moins susceptibles de partager de faux titres d’actualité.
 
C'est dans cet objectif que la campagne Pause a été enclenchée il y'a un an. Elle s'appuie sur les recherches de psychologues, de neuroscientifiques et de spécialistes du comportement dont les études indiquent qu'une pause pour réfléchir avant de partager peut considérablement contribuer à réduire la propagation d'informations non vérifiées et trompeuses.
 
« La tâche monumentale de lutter contre la désinformation appartient à nous tous. Il s'agit de comment nous unir pour favoriser le changement social, modifier les normes de comportement et puiser dans le sens de la solidarité des gens pour assurer la sécurité de chacun », a affirmé Melissa Fleming, sous-secrétaire générale des Nations Unies pour la Communication Globale. Soulevant que cette étude a prouvé que le fait de « marquer une pause avant de partager est non seulement possible mais aussi la chose responsable à faire, surtout à une époque où il est devenu difficile de séparer la vérité des mensonges. »

  


Dans la même rubrique :
< >