Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le Maroc au troisième rang dans la promotion d'une transition énergétique pour 2021


le Mercredi 21 Avril 2021

Un rapport international, publié par le Forum économique mondial, a révélé, ce mercredi, que le Maroc occupe des rangs avancés au niveau régional en ce qui concerne la promotion d'une transition énergétique efficace pour l'année 2021.



Le même rapport a révélé que le Maroc, malgré une légère baisse de ses performances, a réussi à occuper la troisième place parmi les pays arabes, alors qu'il se classe 66e au niveau mondial.

Le même rapport a souligné que le principal défi auquel le Maroc est confronté dans sa transition énergétique est de répondre à la demande croissante d'énergie, de soutenir le développement social et économique et d'améliorer la durabilité environnementale du système énergétique.

Bien que le Maroc se soit fixé des objectifs politiques ambitieux qui permettraient de développer les capacités d'énergies renouvelables et d'augmenter la part des sources d'énergie renouvelables dans le mix énergétique au cours de la dernière décennie, les combustibles fossiles représentent toujours plus de 90% du mix énergétique et 80% du mix électricité.

la Suède s'est classée première au monde dans le même rapport, pour la quatrième année consécutive, suivie de ses voisins la Norvège en deuxième position et le Danemark en troisième.

En général, les pays d'Europe du Nord et de l'Ouest ont dominé les premiers rangs du rapport. Quant aux pays arabes, le Qatar s'est classé premier (53 au niveau mondial), suivi des Émirats arabes unis (64 au niveau mondial), et de là au Maroc (66 au niveau mondial), tandis que l'Arabie saoudite a maintenu son classement régional à la huitième place.

La baisse des performances de certains pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord au cours de l'année écoulée n'a pas empêché la tendance de continuer à être quelque peu positive, selon le même rapport, qui considérait que la forte dépendance aux revenus pétroliers représentait le plus grand défi pour parvenir à une transition durable vers une énergie propre, d'autant plus qu'une diversification de l'économie et du système énergétique peut améliorer les perspectives.

Dans l'ensemble, les résultats du rapport de cette année montrent que 92 des 115 pays inclus dans le rapport ont amélioré leur performance globale au cours des dix dernières années, confirmant la tendance positive et la dynamique constante de la transition énergétique mondiale.