Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

L'Opinion : Lalla Mimouna et la loi de Murphy


Rédigé par Majd EL ATOUABI le Jeudi 25 Juin 2020


Le désormais célèbre site de Lalla Mimouna, qui a causé à la région du Gharb son classement actuel dans la zone 2, synonyme de prolongation du confinement et des mesures de sûreté sanitaire qui vont avec, est l’illustration parfaite d’une loi non moins célèbre qui veut que les pires choses finissent toujours par arriver, de préférence à la dernière minute.

Il s’agit de la loi de Murphy, communément appelée loi de la tartine beurrée qui est elle-même une variante d’une ancienne théorie dénommée loi du grain de sable évoquée par Blaise Pascal dans l’une de ses célèbres citations où il souligne que les exploits les plus titanesques peuvent être balayés par un impondérable de dernière minute ou par la plus infime des difficultés.

S’il est loin d’être infime de par son ampleur, le cluster de Lalla Mimouna n’en était pas moins prévisible et donc évitable en raison de la disponibilité lors de sa survenue des moyens de protection sanitaire, mais également d’une certaine expertise en la matière accumulée par la force des enseignements tirés des précédents clusters. Mais le plus inquiétant avec ce cluster c’est qu’il augure des futures difficultés à maintenir sous contrôle, et après déconfinement, un virus qui se nourrit de la moindre fausse manœuvre pour se regénérer et se propager à grande échelle. 

Ce qui nous amène à un autre concept issu lui aussi de la loi de Murphy. Il s’agit de l’ergonomie de sécurité ou conception défensive qui impose d’anticiper pour toute planification, et dès son début, le plus grand nombre d’aléas, impondérables et contingences susceptibles de survenir à l’une ou l’autre étape du projet objet de la planification. La protection sanitaire des Marocains contre la propagation du Coronavirus sur les lieux de travail dans le cas d’espèce. 

C’est sur ce point précis que nous aimerions entendre les ministres de la Santé, de l’Agriculture, de l’Industrie et du Travail lors de leur prochaine comparution, sur demande du Parti de l’Istiqlal, devant la Commission Parlementaire des Secteurs Productifs. 

Majd EL ATOUABI