Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

L’Istiqlal soulève la question des Marocains en provenance des pays classés “B”


Rédigé par Hajar Lebabi le Lundi 28 Juin 2021

Après la polémique suscitée par un certain nombre de Marocains résidant dans les pays classés “B”, l’Istiqlal s’attaque à cette problématique au Parlement et appelle à un assouplissement des mesures préventives.



Le groupe istiqlalien « Pour l’Unité et l’Egalitarisme », à la Chambre des Représentants, a appelé les ministères de l’Intérieur et de la Santé à oeuvrer pour l’assouplissement des mesures préventives imposées aux Marocains souhaitant rentrer dans le Royaume en provenance des pays classés « B ».

Dans une question orale adressée aux deux secteurs ministériels, le chef du groupe istiqlalien, Noureddine Moudiane, a noté que les mesures imposées à cette catégorie d’immigrés marocains, notamment ceux en provenance de pays comme l’Ukraine et les pays arabes du Golfe, restent très coûteuses, en particulier pour les étudiants marocains, dont la plupart appartiennent à des familles de classe moyenne.

Il en va de même pour les travailleurs marocains à l’étranger qui ont été fortement touchés économiquement, socialement et psychologiquement, par la crise multidimensionnelle causée par la pandémie dans les pays d’accueil.

Moudiane a signalé que les personnes concernées sont actuellement obligées de payer des frais élevés pour les billets d’avion, en plus du coût élevé de la réservation dans les hôtels, en application de la quarantaine établie à l’entrée sur le territoire national, malgré le fait qu’ils aient la preuve d’un test négatif d’infection au Coronavirus. Il est à noter que les mesures décidées par le gouvernement contre les immigrés ont provoqué la colère de la communauté marocaine, notamment dans le Golfe, où un certain nombre de rapatriés de ces pays ont organisé des manifestations à l’intérieur de l’aéroport Mohammed V.

Le Maroc avait annoncé la reprise des vols de et vers le Maroc à compter du mardi 15 juin 2021, et ce, en vue de faciliter le retour des Marocains résidant à l’étranger à la Patrie. Vu que l’espace aérien du Royaume est toujours fermé, ces vols s’effectuent dans le cadre d’autorisations exceptionnelles. Une opération qui se déroule selon une approche d’ouverture progressive, qui dépend de l’évolution de la situation épidémiologique nationale et internationale, afin de préserver les acquis réalisés par le Maroc.

Rappelons qu’un communiqué du Cabinet Royal a annoncé que SM le Roi Mohammed VI a ordonné à l’ensemble des intervenants dans le domaine du transport aérien, en particulier la RAM, et aux différents acteurs du transport maritime, de veiller à pratiquer des prix raisonnables, afin de permettre aux familles marocaines résidant à l’étranger de rentrer au pays et renouer avec leurs proches.
 
Hajar LEBABI

Repères

Les avions de la RAM mis au service des MRE
Royal Air Maroc a aussitôt répondu à l’appel royal en annonçant, dimanche, une offre exceptionnelle, avec une grille tarifaire très attractive. Les tarifs des billets ont drastiquement baissé, variant ainsi en fonction du nombre des membres de chaque famille (plus la famille est nombreuse, moins le tarif est élevé). Les prix varient de 97 à 150 euros pour les vols en provenance de l’Europe, de 600 à 500 euros pour l’Amérique du Nord (New York, Washington et Montréal) et est de 240 euros pour les résidents en Turquie ou en Russie. Cependant, ces billets sont non-remboursables et non-échangeables.
Une Opération exceptionnelle
C’est la première fois que l’Opération Marhaba se déroule d’une façon pareille. L’initiative royale a constitué également une réponse aux pays européens et notamment à l’Espagne, dont les ports et les compagnies maritimes seront exclus, endurant ainsi des pertes considérables. Le fait que l’édition de cette année se déroule en grande partie par voie aérienne facilitera la tâche pour les nombreux Marocains habitués à parcourir de très longues distances en voiture pour arriver au pays, avec ce que cela engendre comme embouteillages au niveau des postes douaniers et procédures administratives de contrôle inextricables.