L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


Sport

KACM : L’état déplorable du centre de formation Kanssouli interpelle les forces vives du club…!?


Rédigé par Mohamed NAMAD le Dimanche 10 Mars 2024



Les centres de formation demeurent un élément essentiel à la pratique sportive et en particulier le football.
 
La plupart des clubs marocains préfèrent actuellement renforcer leurs rangs par des joueurs tout faits, ce qui leur coûte un budget important.
 
La seule solution pour en remédier à cette situation, c’est la formation de ses propres joueurs, sachant que la formation en elle-même est un projet à moyen et long termes qui nécessite entre 8 à 10 ans en incluant tout ce qui est technique, managérial et humain, formant ainsi des joueurs qualifiés pour la pratique du football.
 
Tout cela, nécessite et demande la disponibilité d’une meilleure infrastructure d'entraînement en termes d’exploration, de cultiver les talons et le développement d'une stratégie spéciale en fonction des capacités de chaque club.
 
Plus, l’infrastructure et les conditions de travail sont professionnelles, plus la formation est au top niveau, sans oublier bien entendu les critères de la sélection et le choix des encadreurs ayant de bonnes compétences leurs permettant l’octroi des licences de la FRMF comme l'exige le cahier des charges…
 
Suite à une étude approfondie du chercheur et encadreur Marrakchi, Abdelhafid Rjila, concernant les centres de formation au Maroc, il s'est avéré qu'il est difficile pour les clubs marocains d'établir des centres de formations de haute qualité, car cela exige, conformément à la loi de l'éducation physique 30.09, la disponibilité d’excellentes infrastructures et partant des terrains de football tout en ajoutant que le Maroc dispose actuellement de 5 centres aux normes appartenant respectivement à la RSB, au FUS, aux FAR, au RCA et au WAC.
 
En résumé, Abdelhafid Rjila a souligné que le développement du football est soumis à l'augmentation du nombre de centres de formations et d’accorder à ces institutions une grande importance en termes de soutien financier et logistique, ainsi qu'à ses cadres compétents qualifiés pour encadrer nos générations actuelles et futures.
 
La question pertinente qui se pose maintenant, c’est de savoir qu’en est-il vraiment du centre de formation Kanssouli laissé à l’abandon pour ne pas dire un champ de ruine appartenant au KACM. Par rapport à tout ce qui a été évoqué d'autant plus que l'équipe du KACM fut la première équipe marocaine à avoir instauré le "professionnalisme".
 
Tous les intervenants dans le secteur sportif local savent parfaitement que le centre de formation Kanssouli vit depuis belle lurette dans une situation inquiétante et désastreuse due généralement à l'absence de conditions de travail les plus élémentaires en plus du manque de logistique.
 
Les cadres et les employés de cette infrastructure se plaignent la plus part du temps du retard des salaries et les impayés qui ont atteint un cumul de plusieurs mois.
 
Le centre de formation Kanssouli émanant du comité-directeur compte quelque 11 équipes dans les catégories d'âge entre 15 à 20 ans, en plus de trois équipes féminines, dont une appartient à la nationale Amateurs en plus d’une équipe de mini-foot.
 
Toues ces composantes livrées se plaignent de crises et de revers successifs et aucune solution n'apparaît à l'horizon proche en raison de la détérioration de la situation générale au sein de cette installation sportive qui demeure sous la tutelle d’un soi-disant « comité- directeur ».
 
Malgré le projet d'ascension dressé par les responsables de ce club marrakechi au cours de la saison dernière afin de redorer le blason du club, le centre Kanssouli reste un point sombre dans le système sphérique du KACM.
 
Cette bâtisse ne porte malheureusement que le nom d un centre..!
Devenue au cours des dernières années un lieu sans espoirs et même très loin du prestige d’antan du club.
 
Durant une certaine époque il fut une pépinière et un modèle à suivre dans le système de professionnalisme, de la formation des talents et de l'application de bases solides pour l'éducation au football et le raffinement des talents.
 
Maintenant, l’état actuel du centre Kanssouli interpelle forcément les responsables de Marrakech et en premier lieu le président de la section football en l’occurrence M. Driss Hanifa ainsi que Redouane Hanish, le premier responsable de ce triste centre.
 
Aussi, aujourd’hui, ils viennent de s’ajouter à ce décor très touchant, la grève des entraîneurs et des employés non régularisé, l’état catastrophique des terrains, le problème de l’éclairage, le manque de coordination après le départ de M. Mohamed Kindar, l'ancien directeur du centre.
 
Néanmoins, le centre Kanssouli est considéré comme le miroir du KACM et l'une des fondations les plus importantes à Marrakech.
 
Par conséquent, il est nécessaire d'intervenir d’urgence quant à résoudre ses problèmes et d'en faire l'une des priorités du plan actuel du comité-directeur.
 
Les voix des personnes impliquées dans la marche du centre de formation Kanssouli exigent que cette édifice sportive soit sauvée de l’extinction, et faire en sorte qu'il soit à la hauteur du niveau et de la valeur du KACM avec son passé glorieux.
 
Historiquement cette installation sportive fut l'un des principaux centres de formation au Royaume durant la présidence du Haj Mohamed Mediouri.
 
La question demeure actuellement de savoir qui est responsable de cette situation catastrophique, vécue par le centre de formation Kanssouli, Bab Doukkala, et où réside la responsabilité du comité de la section football...!?
A bon entendeur salut !
 
 



Dans la même rubrique :
< >