Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Iran-Nucléaire : Téhéran reviendrait à l’accord si Washington lève les sanctions


le Mardi 16 Février 2021

L’Iran reviendrait à la mise en œuvre du JCPOA de 2015 à condition que les USA suppriment les sanctions « illégales » réimposées unilatéralement à Téhéran.



Iran-Nucléaire : Téhéran reviendrait à l’accord si Washington lève les sanctions
Le président iranien Hassan Rohani a déclaré que le pays reviendrait à la pleine mise en œuvre de ses engagements dans le cadre d’un accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales si les États-Unis suppriment toutes les sanctions «illégales» qu’ils ont réimposées unilatéralement à Téhéran après avoir quitté l’accord.

Rohani a fait ces remarques lors d’une réunion lundi avec le ministre des Affaires étrangères du Qatar en visite, Sheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, soulignant la nécessité de supprimer toutes les sanctions imposées par les États-Unis et son respect de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui approuve l’accord sur le nucléaire, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA).

«Chaque fois que les États-Unis lèvent les sanctions illégales et reviennent à la loi, l’Iran reviendra immédiatement à la mise en œuvre de tous ses engagements dans le cadre du JCPOA», a souligné Rohani.

Un acte de «terrorisme économique»

Le JCPOA a été unilatéralement abandonné par l’ancien président américain Donald Trump en mai 2018, dans la poursuite de ce qu’il a appelé la politique de «pression maximale» contre la République islamique par le biais de sanctions unilatérales. L’Iran a dénoncé cette politique comme un acte de «terrorisme économique».

Le retrait des États-Unis de l’accord a été critiqué dans le monde entier. L’Iran a attendu une année le respect par les autres protagonistes de leurs engagements stipulés dans le « JCPOA » avant de revenir lui aussi à la réduction progressive de ses engagements nucléaires. Cependant, Téhéran a proclamé à plusieurs reprises qu’il reviendrait à ses obligations nucléaires dès que ses intérêts au titre du JCPOA seraient satisfaits.

Joe Biden, actuel président des États-Unis, a stigmatisé le retrait de Trump du JCPOA lors de sa campagne de 2020. Il a promis de rejoindre l’accord, qui a été signé lorsque Biden était vice-président, mais n’a pas pris de mesures correctives depuis qu’il a pris ses fonctions le 20 janvier et a conditionné le retour de l’accord à la reprise par Téhéran du plein respect de l’accord.

L’Iran affirme qu’un retour potentiel des États-Unis ne pourrait être significatif que si Washington supprimait toutes les sanctions. Le ministre des Affaires étrangères du Qatar, espérait pour sa part, le retour immédiat des ÉtatsUnis au JCPOA et la levée des sanctions, qui, selon lui, contribueraient au règlement des problèmes existants, soulignant que Doha n’épargnerait aucun effort à cet égard.

  


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Juin 2021 - 18:59 Algérie: Le pouvoir musèle la presse