Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Hicham Aboud: "Alger a depuis toujours délivré des faux passeports au Hezbollah"


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 10 Mai 2021

A l'image de l'affaire Brahim Ghali, l’Algérie délivre depuis longtemps des faux passeports diplomatiques aux miliciens du Hezbollah, selon les révélations d’un ex officier de l’armée algérienne qui évoque des agissements remontant aux années 1980 et 1990. Un témoignage qui apporte du crédit aux accusations du Maroc concernant les liens entre le Polisario et l’organisation pro-iranienne.



Hicham Aboud: "Alger a depuis toujours délivré des faux passeports au Hezbollah"
Après que Nasser Bourita ait déclaré que l’Iran menace l’intégrité territoriale et la sécurité du royaume en soutenant le Polisario, déclaration aussitôt niée par l'Iran, de nouveaux indices révèlent que les autorités algériennes seraient habituées et depuis longtemps, à faciliter les déplacements des membres de la milice chiite en leur fournissant de faux passeports diplomatiques. Cette pratique délictueuse contraire aux usages diplomatiques a été  dévoilée par le journaliste, Hicham Aboud, ancien officier de l’Armée nationale populaire algérienne.

Lors d’une émission diffusée sur une chaine YouTube, le journaliste a précisé que les autorités algériennes avaient permis l'exfiltration d'éléments du Hezbollah impliqués dans des opérations "militaires", à une période indéfinie, en leur accordant les faux passeports diplomatiques et en les escortant jusqu'au Liban. Un mode opératoire qui rappelle le scandale du Chef du Polisario Brahim Ghali, qui avait a été accueilli en Espagne, grâce à un passeport falsifié sous l’œil complice des autorités espagnoles pour éviter qu'il soit interpellé par la Justice. 

Hicham Aboud parle certes de faits anciens, mais qui font cependant écho quoique chronologiquement décalé aux récents propos du chef de la diplomatie marocaine devant l’AIPAC et qui n’a fait, lui-même, que raviver les accusations exprimées officiellement par le Maroc en 2018 concernant les accointances entre Polisario et Hizbollah par Algérie et Iran interposés, en prélude à la rupture par le Royaume de ses relations diplomatiques avec ce dernier État.

«L’Iran a menacé l’integrité territoriale du Maroc, en fournissant des armes et de l’entrainement aux milices polisiariens», avait déclaré le diplomate marocain, ajoutant qu'à travers le Hezbollah, l'Iran est en train d’étendre ses activités de déstabilisation en Afrique de l’Ouest, notant toutefois, que le Maroc est très vigilants par rapport à la menace qu'elle constitue sur la sécurité du pays et de la région. 

Rappelons que Hicham Aboud est un journaliste dissident établi en France et l’une des figures médiatiques les plus en vues de l’actuel Hirak. Ancien officier de l’armée algérienne, il avait occupé la fonction de rédacteur en chef de la revue officielle de cette armée, le sulfureux magazine « El Djeich ». Il a ensuite évolué dans le circuit de la diplomatie parallèle avec des accointances assumées avec les services sécuritaires officiels et officieux du voisin de l’Est. Exilé puis revenu en Algérie à l’époque du Président déchu Bouteflika, il est le promoteur de plusieurs médias privés qui lui ont valu de nombreuses condamnations à des peines de prison qu’il évitera en s’établissant en France. Condamné à plus de dix années de prison, il a été récemment accusé du motif farfelu de collaboration avec des groupe terroristes et son nom figurait parmi les quatre dissidents numériques dont les célèbres Amir DZ et Larbi Zitout, contre lesquels le régime des généraux avait annoncé avoir émis des mandats d’arrêt internationaux, avant de se rétracter.


  


Dans la même rubrique :
< >