Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Fnideq : Après la grogne des habitants, des initiatives pour calmer la tension


Rédigé par la rédaction le Vendredi 5 Mars 2021

​Au moment où les manifestations commencent à prendre un rythme inquiétant, les autorités provinciales à la préfecture de M’diq-Fnideq et l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) ont commencé a concrétiser les projets. Une entreprise spécialisée dans le recyclage textile à la ville de Fnideq a démarré, jeudi, la production, en employant 200 ouvriers qui s'adonnaient, dans le passé, à la "contrebande vivrière" au point de passage de Bab Sebta.



Fnideq : Après la grogne des habitants, des initiatives pour calmer la tension
L'Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences (ANAPEC) a supervisé l'opération de signature de contrats de travail à durée indéterminée (CDI) au profit de 200 bénéficiaires, dont 190 femmes, touchés par la pandémie de la Covid-19 et la récession économique dont souffre la région, après la fermeture du passage de Bab Sebta.

Cette unité industrielle, qui a effectivement commencé sa production, constitue un exemple concret de la mise en œuvre du programme intégré de développement économique et social de la préfecture de M’diq-Fnideq et de la province de Tétouan.
Elle devrait employer plus de mille ouvriers, après son déménagement vers le nouveau siège, qui est en cours de construction dans la zone d'activités économiques.

Dans une déclaration à la presse, le PDG de l'entreprise, Sabri Said, a souligné que les autorités de la wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et de la préfecture de M'diq-Fnideq ont mis à la disposition des investisseurs de la région toutes les facilités et les incitations, afin de les encourager à s'installer dans la ville de Fnideq, notant que cette unité industrielle a commencé temporairement son activité avec 200 travailleurs et prévoit d'en embaucher un millier d'autres, après son déménagement vers le nouveau siège.

Il a fait savoir que l'entreprise, qui opère dans le tri et le recyclage des vêtements usagés, cible une main-d'œuvre composée principalement de femmes qui travaillaient auparavant dans la "contrebande vivrière", précisant que 30% de la production est distribuée sur le marché local de Fnideq, à travers une coopérative qui comprend 120 marchands d'habits usagés, et une partie de la production est exportée, tandis qu'une autre partie est recyclée pour fabriquer à nouveau des textiles.

Pour sa part, Zineb Chairi, ouvrière à l'entreprise et mère de quatre enfants, a exprimé sa joie d'avoir intégré cette unité industrielle, après avoir travaillé dans la "contrebande vivrière" pendant plus de 10 ans, notant que les initiatives et les mesures urgentes que les autorités ont veillé à mettre en oeuvre ont permis à nombre de personnes cibles d'obtenir un emploi stable et un revenu, à même de préserver leur dignité et leurs droits, après la souffrance qu'elles ont endurée dans le commerce informel.

(Avec MAP)