Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Fausse facturation : Un lourd bilan de 600 milliards DH pour le Maroc


Rédigé par Hiba Chaker le Jeudi 16 Décembre 2021

Selon un rapport publié, jeudi, par Global Financial Integrity, une organisation basée à Washington, le Maroc se positionne 80e au niveau mondial en matière de fausse facturation au commerce extérieur. Détails.



Dans son rapport, Global Financial Integrity (GFI) explique qu'elle a analysé le problème international de la « fausse facturation commerciale », soulignant que certains importateurs et les exportateurs falsifient délibérément la valeur déclarée des marchandises sur les factures qu'ils soumettent à leurs autorités douanières afin de transférer illégalement de l'argent à travers les frontières internationales. L'idée est d'échapper à l'impôt et/ou aux droits de douane, de contourner les contrôles de change et de cacher des bénéfices dans des comptes bancaires offshore.
 
En surévaluant ou en sous-évaluant la valeur déclarée des importations ou des exportations, les commerçants déplacent illégalement des richesses à travers les frontières internationales en les cachant dans les paiements réguliers pour le commerce dans le système commercial international.
 
Le rapport estime que la fausse facturation au Maroc à 600 milliards dirhams, soit une moyenne annuelle de 60 milliards DH. Quant aux 134 autres pays analysés, la même source précise que les champions mondiaux de la fausse facturation sont : la Chine 250 avec milliards de dollars suivie de la Pologne avec 48 milliards de dollars, le Mexique 35 milliards de dollars puis l’Inde et la Russie avec quelque 31 milliards de dollars.
 
Le rapport avance que l’activité de fausse facturation commerciale représente un défi mondial pour les autorités douanières et fiscales, notant qu'il facilite les flux financiers illicites (FFI) dans l'ensemble de l'économie mondiale.
 
GFI a exploré l'ampleur de ce problème en examinant les dernières données commerciales internationales officiellement communiquées par les gouvernements aux Nations Unies afin d'estimer l'ampleur des activités de fausse facturation commerciale se produisant dans le système commercial mondial.