Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Entretien avec  le guide ultime  pour l’industrie  alimentaire casher

Interview avec Gabriel Boxer (Kosher Guru)


Rédigé par Hajar LEBABI le Mardi 16 Février 2021

A l’heure de la reprise des relations entre le Maroc et Israël, nous avons rencontré Gabriel Boxer, alias « Kosher Guru », qui effectue un trip exploratoire au Royaume du 8 au 17 février. Véritable star internationale de la nourriture casher, il nous a livré ses réflexions sur les perspectives de développement dans notre pays de ce type de restauration.



Gabriel Boxer
Gabriel Boxer
- Quels sont les objectifs de votre visite au Maroc ?

- Ce voyage visait à mettre en valeur le Maroc, la richesse de sa culture et de sa civilisation ancestrale. L’objectif est également de redécouvrir notre Histoire juive et de la présenter aux autres, afin qu’ils puissent se sentir à leur aise de retourner visiter le pays de leurs racines.

- Quel constat dressez-vous de la filière casher marocaine dans l’hôtellerie et la restauration, qualitativement et quantitativement ? Qu’est-ce qui reste à faire ?

- Depuis la pandémie, de nombreux endroits ont été fermés. Il y a certes quelques restaurants en dehors de Casablanca pour manger casher, mais le Covid a eu un effet négatif certain. Avec les accords d’Abraham, désormais entérinés, et la légendaire hospitalité marocaine si chaleureuse et accueillante, je pense que la cuisine casher sera sur une courbe ascendante au Maroc. La plupart des hôtels parlent de créer des restaurants casher pour le consommateur.

Nous avons, d’ailleurs, pu commander de la nourriture à nos hôtels auprès de traiteurs locaux. Ne soyez pas surpris de voir que certains restaurants casher haut de gamme commencent à ouvrir très prochainement. De nombreux hôteliers que j’ai rencontrés voulaient apprendre et comprendre la cuisine casher et comment mieux la présenter à leurs futurs clients. Je pense que je peux être cette personne qui aide de nombreuses firmes ici à mettre en place des menus casher et à pouvoir offrir des mets conformes aux exigences de la religion aux citoyens locaux et aux nombreux touristes qui visiteront le Maroc bientôt.

- Quel est le plat marocain casher qui vous a marqué ?

- L’assortiment de salades était un de mes favoris de tous les temps. Les saveurs si riches de cette cuisine m’ont impressionné. Même un plat aussi simple qu’une salade de carottes, est transformé en un met étonnant avec l’utilisation d’ingrédients frais, d’herbes et d’épices dont je rêve encore. Encore plus impressionnant, tant de légumes utilisés sont cultivés localement ici. Il est d’ailleurs très facile de faire des tajines et des couscous respectant les lois juives casher. Avec l’aide et les conseils, je suis sûr qu’ils seront bientôt disponibles plus facilement au Maroc.

- Quelles sont les opportunités pour l’industrie alimentaire casher au Maroc aux niveaux local et international ?

- Je vois le Maroc comme une destination à forte identité juive. Il n’y a pas le temps de s’ennuyer car il y a tant à voir et à apprendre au Maroc. Je vois un énorme avenir pour le casher, surtout une fois que les gens recommenceront à voyager. Je vois également qu’il y aura une grande affluence d’Israéliens dans le pays avec les vols directs établis entre Israël et le Maroc. Il y a tellement de Juifs marocains vivant en Israël qui aimeraient venir renouer avec leur Histoire et leur culture. Je prévois également que de nombreux hôtels et opérateurs touristiques vont organiser des voyages au Maroc avec un service de restauration casher complet. De nombreux restaurants vont certainement ouvrir dans diverses villes ici. Une fois que cela est en cours, la prochaine étape consistera à produire des aliments fabriqués au Maroc selon des procédés certifiés casher pour être exportés et vendus à l’international, ce qui aidera certainement l’économie locale.

- Au-delà du tourisme religieux, quelles sont les attentes du touriste juif en matière de cacherout ?

- La nourriture ici est simple et une forte emphase sur la culture marocaine est montrée à travers la nourriture ici. Ne vous attendez pas à trouver du « Cholent » ou du « Kugel » qui font partie de la cuisine juive ashkénaze, au lieu de cela ne soyez pas surpris de manger beaucoup de salades marocaines, de poulet aux olives, tajine et couscous toute la semaine. Tant que le touriste juif peut se sentir à l’aise d’avoir un accès facile aux aliments casher, le reste est sans difficulté. Comme tout touriste, ils veulent également voir et découvrir les sites locaux et bien sûr les pôles d’attraction touristique comme les plages et d’autres activités amusantes à pratiquer au Maroc.

- A votre avis, quelles leçons pourrait-on tirer du vivre ensemble qui existe depuis toujours entre la communauté juive et la communauté musulmane au Maroc ?

- Le Maroc est un pays et un peuple tellement chaleureux. Lorsque vous allez à un hôtel avant même de vous enregistrer dans certains endroits, ils vous reçoivent avec un verre de thé. C’est comme s’ils vous accueillaient dans votre nouvelle «maison». Tout au long de notre voyage, nous avons été appelés «cousin» et nous avons eu droit à une hospitalité que je n’ai rencontrée à aucun autre endroit que j’ai visité auparavant. Chaque guide touristique a souligné l’identité marocaine qui dépasse l’appartenance à une religion ou à une autre. Je l’avais d’ailleurs remarqué chez mes amis et voisins aux États-Unis qui sont originaires du Maroc. Il y a une grande fierté d’être Marocain et le peuple est heureux de le montrer où qu’il soit dans le monde. Tous les sites historiques juifs sont sous la protection du Roi.

D’ailleurs, je me suis senti en sécurité tout le temps même en portant ma kippa. J’ai ressenti une certaine fierté en parcourant le pays en tant que juif, surtout avec la grande Histoire juive qui fait partie de la terre. Je sens que c’est grâce au Roi qui fait en sorte que tous se sentent les bienvenus dans le pays. Interrogé sur les Juifs de la Seconde Guerre mondiale, le Roi Mohammed V a déclaré: «Il n’y a pas de citoyens juifs, il n’y a pas de citoyens musulmans, ils sont tous Marocains». Cela semble être encore le sentiment des Marocains à ce jour. Nous voyons l’attachement des citoyens marocains au Roi Mohammed VI et à la terre du Maroc et nous avons pu voir et expérimenter la vraie beauté du pays et de sa culture unique.

Recueillis par Hajar LEBABI

Portrait

Kosher Guru : le guide ultime pour l’industrie alimentaire casher
 
Gabriel Boxer, connu sous le nom de «Kosher Guru», est l’un des principaux consultants de l’industrie alimentaire et de la restauration casher. Il fait sensation sur les réseaux sociaux avec plus de 48.000 abonnés sur Instagram. Kosher Guru cherche à rapprocher les gens de la nourriture casher d’une manière amusante, éducative et remplie de divertissements.

Il est également rédacteur hebdomadaire culinaire pour Whisk, la section gastronomique d’Ami Magazine, le plus grand magazine hebdomadaire juif des États-Unis et au-delà, et écrit un article mensuel dans Fleishigs Magazine sur les restaurants et les voyages. Il anime également de nombreux programmes de vacances casher donnant des conférences sur la nourriture casher dans le monde.

Kosher Guru se charge d’éduquer le monde sur tout ce qui est casher, de la nourriture, des restaurants, des ingrédients, des personnalités, des chefs, des blogueurs, des programmes, des destinations, des supermarchés, des événements et bien plus encore.

Gabriel Boxer a trouvé son chemin dans l’industrie alimentaire casher à l’âge de 15 ans en travaillant pour le restaurant Mauzone dans le Queens, à New York. Il est rapidement devenu directeur de restauration et a aidé à gérer l’entreprise tout en gérant de nombreux programmes de Pâque d’Aruba à l’Arizona en passant par la Floride. Plus tard, il a été directeur de la restauration hors site pour Genadeen Caterers au Sephardic Temple à Cedarhurst, à New York, et a été impliqué dans de nombreuses autres entreprises alimentaires, y compris un long passage en tant que directeur général du réputé supermarché Pomegranate à Brooklyn. Il est devenu célèbre sous le nom de Kosher Guru qui a aidé de nombreuses entreprises à prospérer sur le marché casher. Gabriel Boxer, même sur un ton sérieux, est toujours aussi amusant à écouter.

H. L.

  


Dans la même rubrique :
< >