Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Crise de Sebta : Après les assauts de Madrid, Bourita contre-attaque


Rédigé par S.A le Jeudi 20 Mai 2021

Très attendu, le ministre des Affaires Etrangères, Nasser Bourita s’est enfin prononcé sur la crise diplomatique maroco-espagnole, en déclarant que le Maroc n'accepte pas le double langage et le double jeu de Madrid.



Dans une déclaration à l’Agence MAP, Bourita a déclaré que «Madrid doit comprendre que le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier», ajoutant que certains milieux en Espagne doivent «actualiser leur vision» sur le Royaume.

Le Maroc n’a pas de complexe, a dit le ministre, précisant que l’agressivité de la presse ibérique de ces derniers jours montre que c’est en Espagne qu’il y a un complexe à l’égard du Maroc. «On assiste à une instrumentalisation et une mobilisation de tous les médias avec des termes choquants et inacceptables venant parfois de hauts responsables», a-t-il noté.

Les termes utilisés dans cette campagne, comme « chantage », « agression » ou encore « pays sous-développé », montrent que «certains milieux en Espagne doivent mettre à jour leurs connaissances sur le Maroc», a-t-il relevé.


«Le Maroc ne procède pas au chantage, le Maroc est clair par rapport à ses positions, ses actions et son attitude», a expliqué Bourita.

Faisant allusion aux positions contradictoires de l’Espagne, le diplomate a indiqué que Rabat «n'accepte pas le double langage et le double jeu de Madrid», soulignant par la même occasion que celle-ci «doit faire preuve de transparence avec son opinion publique». 

Toutes les manœuvres espagnoles pour détourner l’attention des véritables origines de cette crise «ne trompent personne, en tout cas ne trompent pas et n’impressionnent pas le Maroc», a indiqué le ministre, soulignant que ce n’est pas à coup de reportages et d’insultes et de bombardement médiatique qu’on occultera cette réalité.

«Le Maroc continuera à demander des clarifications et continuera à considérer que c’est le fond de la crise», a-t-il insisté, notant que la logique de l’humanitaire ne trompe plus personne.