Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Biden: l’«Impeachement» doit avoir lieu

Etats-Unis


le Mardi 26 Janvier 2021

Le président américain Joe Biden a déclaré que le procès de destitution de l’ancien président Donald Trump « doit avoir lieu ».



Biden: l’«Impeachement» doit avoir lieu
Le nouveau dirigeant américain a fait ces commentaires dans une interview avec CNN alors que le Sénat majoritaire démocrate se préparait à tenir Trump pour responsable d’incitation à une insurrection violente. «Je pense que cela doit arriver», a déclaré l’ancien vice-président à propos du procès de destitution, qui devrait débuter le 8 février. «Le Sénat a changé depuis que je suis là-bas, mais cela n’a pas beaucoup changé.» La Chambre des représentants a formellement transmis lundi au Sénat l’acte d’accusation contre Donald Trump pour «incitation à l’insurrection» lors d’un discours devant ses partisans le 6 janvier avant l’assaut sur le Capitole, ouvrant la voie à la tenue du second procès en destitution de l’ancien président américain. Neuf élus démocrates de la Chambre qui joueront le rôle de procureurs lors du procès au Sénat ont pris part à la procession officielle, lors de laquelle l’acte d’accusation a été transporté à la main à travers le Capitole en direction du Sénat.

Une majorité des deux tiers requise
Il est attendu que le procès, à l’issu duquel Donald Trump pourrait être déclaré inéligible à la présidence américaine, débute le 9 février dans la Chambre haute du Congrès, composée de 100 sièges - donc de 100 jurés pour l’occasion. Dix élus républicains de la Chambre s’étaient prononcés le 13 janvier en faveur de la mise en accusation de Donald Trump. Jamais un président américain n’avait fait face à deux procédures de destitution («impeachment»).

Un certain nombre de parlementaires républicains ont exprimé leur opposition à cette procédure, avançant notamment l’argument qu’organiser désormais un procès serait contraire à la Constitution des Etats-Unis puisque Donald Trump n’est plus en fonction.

Une majorité des deux tiers est nécessaire pour qu’une condamnation soit prononcée au Sénat. Dans le rapport de force actuel, il faudrait qu’au moins 17 sénateurs républicains se joignent aux démocrates pour que Donald Trump soit condamné.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, a rejeté lundi cette théorie, déclarant qu’empêcher la chambre haute du Congrès de juger d’anciens représentants équivaudrait à accorder des passe-droits. Mitch McConnell, chef de file des républicains au Sénat, et d’autres élus du Parti républicain ont condamné les violences commises au Capitole par des partisans de Donald Trump, et certains ont accusé l’ancien président d’avoir incité à ces émeutes. L’ancien président a encouragé ses partisans à prendre d’assaut le Capitole le 6 janvier alors que les législateurs tenaient une session pour certifier la victoire de Biden à l’élection présidentielle.

Les autorités américaines ont également promis d’arrêter ceux qui étaient à l’origine de l’assaut du Capitole, qui a fait plusieurs morts. Les démocrates devraient contrôler non seulement la Maison Blanche, mais les deux chambres du Congrès américain, mais ils restent divisés sur la destitution de Donald Trump.

Michael Sherwin, le procureur américain par intérim de DC, a déclaré dans un communiqué plus tôt en janvier que les États-Unis étaient résolus dans l’engagement à tenir responsable toute personne impliquée dans ces actes criminels scandaleux, et toute personne qui pourrait envisager de se livrer à ou d’inciter à la violence dans les semaines à venir.

Trump et ses partisans, qui ont refusé de reconnaître l’élection de Biden en tant que président, sont davantage isolés alors que les libéraux commencent à prendre le pouvoir.

Une brèche chez les conservateurs
Le leader parlementaire de la minorité, Kevin McCarthy, a exprimé ses inquiétudes au sujet d’un vote en faveur de la destitution de l’ancien président américain par la représentante de la Chambre, Liz Cheney, fille de l’ancien vice-président Dick Cheney.

Cheney a rompu avec l’ancien président républicain Donald Trump et a voté pour le destituer avec les législateurs démocrates.

«Elle peut avoir une divergence d’opinion, mais la seule chose qui compte si nous voulons diriger la conférence, nous devrions travailler ensemble sur cette conférence dans son ensemble parce que nous sommes représentatifs de cette conférence. Je la soutiens donc, mais je pense qu’elle a beaucoup de questions auxquelles elle doit répondre à la conférence», a déclaré McCarthy.

Prolongement des restrictions sur les voyageurs de l’UE à cause du Covid
Le président américain Joe Biden a signé lundi un décret interdisant la plupart des ressortissants étrangers ayant récemment voyagé en Afrique du Sud à se rendre aux Etats-Unis, une mesure destinée à empêcher la propagation de variants considérés plus contagieux du coronavirus.

Le décret présidentiel prolonge aussi l’interdiction d’entrée aux Etats-Unis de la plupart des ressortissants étrangers s’étant récemment rendus dans les pays européens de l’espace Schengen, au Royaume-Uni, en Irlande ou au Brésil. Cette mesure, instaurée l’an dernier, devait prendre fin mardi aux termes d’un décret signé la semaine dernière par l’ancien président Donald Trump.

«Avec la pandémie qui empire et des variants plus contagieux qui se répandent, ce n’est pas le moment de lever les restrictions sur les voyages internationaux», a déclaré la porte-parole de la Maison blanche, Jen Psaki, lors d’un point de presse.

Une demande de commentaire auprès du ministère sud-africain des Affaires étrangères est pour le moment restée sans suite.

Certains représentants des services de santé américains craignent que les vaccins actuellement disponibles contre le Covid-19 ne soient pas efficaces contre le variant sud-africain du virus. 

La directrice des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Rochelle Walensky, devrait signer mardi une directive distincte rendant obligatoire le port du masque dans les avions et les transports publics pour tous les passagers âgés de 2 ans et plus, ont dit à Reuters des représentants.