Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Amine Nejjar : Il faut bien réfléchir avant de songer au reconfinement


Rédigé par Anass Machloukh le Dimanche 1 Novembre 2020

Au moment où la deuxième vague de la covid-19 envahie le pays, la peur d’un reconfinement généralisé s’empare des Marocains. Cette possibilité demeure objet de débat public. Les économistes à l’instar d’Amine Nejjar appellent à la tempérance et à une décision mûrement réfléchie.



Depuis la sortie des marocains de leur domicile en juin dernier, après trois mois de confinement, le risque d’un retour au bouclage du pays n’a jamais été aussi élevé. La deuxième vague de recrudescence de la pandémie semble échapper au contrôle des autorités après que le Maroc ait franchi la barre des 200.000 cas de contaminations. S’ajoute à cela la hausse de la mortalité qui a amener le pays à enregistrer  3762 cas au total.

Bien que le scénario du confinement refasse surface aujourd’hui, il demeure indésirable d’un point de vue économique vu la nécessité de continuer l’effort de la relance. Lors d’un webinaire intitulé « Faut-il confiner à nouveau ? », Amine Nejjar, vice-président de l’Alliance des économistes istiqlaliens a appelé à une décision qui soit mûrement réfléchie quant aux conséquences futures d’un potentiel « reconfinement », que ce soit au niveau sanitaire, médical, social ou économique.

Selon lui, le déconfinement n’a pas été bien mené de manière optimale, ajoutant que le contrôle strict des mesures sanitaires est important aujourd’hui pour minimiser les dégâts.

En outre, M. Nejjjar préconise d’aller plus loin dans l’effort de sensibilisation de la nécessité du respect des gestes barrières qui soit piloté par les partis politiques, les syndicats, les syndicats et organisations professionnelles, les associations et acteurs de la société civile, avec l’appui des autorités locales.

Amine Nejjar a précisé qu’il est indispensable de réfléchir mille fois avant de prendre une décision qui peut s’avérer préjudiciable économiquement.  « Si on opte pour un reconfinement total, il faut réfléchir aux conséquences dramatiques de cette décision pour les gens qui travaillent dans le secteur de l’informel et qui ne vivent que du revenu quotidien » a-t-il déclaré, rappelant que l’Etat n’a plus les moyens de les soutenir financièrement ».