Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Agriculture : Les producteurs des fruits rouges appellent à la rescousse


Rédigé par Safaa KSAANI le Dimanche 26 Juillet 2020

Dans un communiqué, publié le 24 courant, les membres de l’Association Marocaine des Producteurs des Fruits Rouges (AMPFR) font étalage de leur calvaire.



Suite à une réunion tenue, vendredi dernier, par les membres du Bureau de l’AMPFR, présidée par Amine Bennani, ces derniers appellent, dans un communiqué, les autorités compétentes à venir à la rescousse des petits producteurs.

A cette occasion, les participants à la réunion ont exprimé leur soutien inconditionnel aux efforts des autorités pour endiguer la propagation de la pandémie du nouveau Coronavirus. Toutefois, et malgré la mobilisation des commissions locales et régionales, ils dénoncent l’absence d’actions urgentes en faveur des producteurs, ce qui ne sera pas sans conséquences économiques et sociales sur l’actuelle saison culturelle et celle à venir, ont-ils souligné dans leur communiqué.

Pour faire face à cette situation inquiétante, les membres de l’AMPFR plaident pour une prise en charge ciblée et progressive. Ils demandent également à mettre en place une stratégie claire. A ce niveau, les autorités sont appelées à prendre en considération la situation des petits agriculteurs, dont les terres agricoles représentent plus de 70% de la totalité des superficies agricoles, ainsi que les dizaines de milliers de mains d’œuvre fragiles y travaillant, souligne la même source.

Par ailleurs, il y a lieu de rappeler que la superficie totale recueillant les fruits rouges au niveau national est passée d’environ 3.035 ha en 2009-2010 à 8.400 ha en 2018-2019, soit une augmentation de 176%. En termes de production, on est passé, dans la même période, de 107.000 Tonnes à 197.000. Une tendance à la hausse susceptible de changer complètement.

  


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 20 Septembre 2020 - 17:54 Sahara marocain : le mouvement «Fatah» se rattrape