Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Union africaine : Le Maroc part à la conquête du Conseil de Paix et de Sécurité


Rédigé par Anass Machloukh le Samedi 5 Septembre 2020

Le Maroc ambitionne de prendre la tête du Conseil de Paix et de Sécurité de l’union africaine avec la candidature de Hassan Abouyoub pour sa présidence.



Union africaine : Le Maroc part à la conquête du Conseil de Paix et de Sécurité
Le Maroc s’apprête à se lancer dans la course à la présidence du conseil de paix et de sécurité de l’union africaine. Hassan Abou Ayoub, ex-ministre et actuel ambassadeur du Royaume en Roumanie aurait postulé à la succession de l’Algérien Ismail Charki, selon le site ElaphMorocco.

La même source, généralement bien informée, précise que le Maroc a présenté également quatre autres candidatures pour la présidence de quatre autres commissions de l'UA à savoir Mohamed Sadiki à la commission de l’Agriculture, du développement rural, économie bleue et développement durable, Nezha Hayat à la Commission de développement économique, commerce, industrie et mines, Latifa El Abida à celle de l’Education, science et mines et Abderrahman Maaroufi à celle des affaires humanitaires.

Hassan Abouyoub est un Homme d’Etat expérimenté, il a occupé plusieurs départements ministériels à savoir ceux du commerce extérieur, de l’Agriculture et du Tourisme. Il a également occupé des fonctions diplomatiques importantes en tant qu’ambassadeur du Maroc en France, en Arabie Saoudite et en Italie avant de prendre la tête de la mission diplomatique en Roumanie.

Il s’agit d’une nomination d’une importance vitale pour le Maroc qui intervient trois ans après le retour du pays à l’Union Africaine en 2017. Elle vise un organe très sensible de l’Instance panafricaine trop longtemps accaparé par l’Algérie et dont la compétence touche les questions de paix et de règlement des conflits au niveau du continent. Le candidat marocain fera face à une concurrence acharnée avec la nomination du représentant permanent du Nigéria à l’UA comme candidat de la CEDEAO.