Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

UE-Brexit : Reste la question de la frontière de Gibraltar avec l’Espagne


le Lundi 28 Décembre 2020

Gibraltar, une colonie britannique à l’extrémité sud de l’Espagne, n’a pas été inclus dans l’accord commercial Brexit. A défaut d’accord, une frontière dure ne serait pas de bon augure.



UE-Brexit : Reste la question de la frontière de Gibraltar avec l’Espagne
La date limite pour Gibraltar reste le 1er janvier, date à laquelle expire une période de transition réglementant la courte frontière entre Gibraltar et l’Espagne. Si aucun accord n’est conclu, on craint sérieusement qu’une frontière dure ne perturbe les travailleurs, les touristes et les principales relations d’affaires des deux côtés.

L’Espagne a réussi à convaincre l’UE de séparer la question de Gibraltar des grandes négociations sur le Brexit, ce qui signifie que Madrid gère toutes les négociations directement avec ses homologues de Gibraltar et de Londres. La ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, a déclaré jeudi que si un accord n’était pas conclu, elle craignait que les longues files de chauffeurs de camion bloqués vues au passage de la Manche la semaine dernière ne se reproduisent sur le Rocher. « Nous n’avons pas beaucoup de temps et les scènes de chaos du RoyaumeUni doivent nous rappeler que nous devons continuer à travailler pour parvenir à un accord sur Gibraltar », a déclaré Gonzalez Laya à la chaîne publique espagnole RTVE. « Les Espagnols en veulent un, le peuple de Gibraltar en veut un, maintenant le Royaume-Uni doit en désirer un aussi. Une volonté politique est nécessaire ». Tout au long des négociations sur le Brexit, l’Espagne a insisté sur le fait qu’elle voulait avoir son mot à dire sur l’avenir de Gibraltar. 

Le Rocher a été cédé à la Grande Bretagne en 1713, mais l’Espagne n’a jamais abandonné sa revendication de souveraineté sur lui. Pendant trois siècles, l’affleurement stratégique des terrains élevés a donné à la marine britannique le commandement de l’étroite voie maritime de la mer Méditerranée à l’océan Atlantique.

50% de la population active de Gibraltar vit en Espagne
« Aucune des deux parties ne renoncera à ses prétentions de souveraineté, mais nous devons mettre cela de côté pour parvenir à un accord qui facilite la vie de ceux qui vivent des deux côtés de la frontière », a déclaré Gonzalez Laya.

Plus de 15.000 personnes vivent en Espagne et travaillent à Gibraltar, ce qui représente environ 50% de la population active de Gibraltar. La population de Gibraltar d’environ 34.000 habitants était majoritairement opposée à la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. Lors du référendum sur le Brexit au Royaume-Uni en 2016, 96% des électeurs de Gibraltar ont soutenu le maintien dans le bloc continental, ce qui, à leur avis, leur donne plus de poids pour traiter avec le gouvernement de Madrid. Le territoire se souvient encore comment, en 1969, le dictateur espagnol, le général Francisco Franco, a claqué la fermeture de la frontière pour tenter de détruire l’économie de Gibraltar.

Le ministre en chef de Gibraltar, Fabian Picardo, a déclaré que l’accord commercial post-Brexit « est un énorme soulagement compte tenu des difficultés potentielles qu’un Brexit sans accord aurait pu créer pour le Royaume-Uni et l’Union européenne ». Mais il a ajouté que son territoire était toujours menacé. « Cet accord ne couvre pas Gibraltar. Pour nous, et pour les habitants du Campo de Gibraltar autour de nous, le temps presse toujours », a déclaré Picardo dans un communiqué.

30 millions de passages frontaliers annuels
« Nous continuons de travailler, main dans la main avec le Royaume-Uni, pour finaliser la négociation avec l’Espagne d’un accord sur un projet de traité entre l’UE et le Royaume-Uni en relation avec Gibraltar », a-t-il déclaré.

Picardo a récemment déclaré à la radio espagnole Cadena SER qu’« un accord à la manière de Schengen serait le résultat le plus positif » pour faciliter les 30 millions de passages frontaliers annuels entre Gibraltar et l’Espagne.

L’espace Schengen européen se compose d’environ deux douzaines de pays qui ont accepté d’éliminer les chèques de voyage généraux au sein du groupe, bien que certains contrôles locaux aient été réintroduits en raison de la pandémie. La Grande-Bretagne ne fait pas partie du groupe Schengen. Le gouvernement du Premier ministre britannique Boris Johnson s’est également déclaré déterminé à trouver une solution qui assurera « la fluidité des frontières, ce qui est clairement dans le meilleur intérêt des communautés qui vivent des deux côtés ».

Les pêcheurs britanniques « sacrifiés »
Après l’accord sur le Brexit, l’ambiance n’est pas la même dans les ports de la Manche. Côté britannique, la pilule est difficile à avaler. Côté français en revanche, on se frotte les mains. Car cet accord commercial - qui comporte une quarantaine de pages très techniques sur la pêche - avantage clairement les marins tricolores. S’ils devront progressivement rétrocéder 25% de leur prise aux Britanniques sous cinq ans, ils pourront parallèlement continuer à sillonner les eaux du Royaume-Uni, non loin des côtes. 

Hastings, petite ville de briques entièrement tournée vers son port, petit lui aussi. Pas de quais, des baraques à même le sable au milieu des filets vides et pas de chalutiers non plus, mais une vingtaine de bateaux de pêche de quelques mètres. A leur bord, des marins en gilets jaunes, qui sont comme assommés.

Ils racontent l’impression d’avoir été sacrifiés, cédés comme monnaie d’échange pour que le Royaume-Uni conserve l’accès au marché européen. «Le gouvernement a vendu les pêcheurs pour obtenir un accord, pour que les autres pays soient satisfaits», estime l’un d’eux, dépité comme les autres.

Et les fameux 25% ne changent rien à la morosité ambiante. Car ce n’est pas ce qu’ils attendaient. Aujourd’hui, il est possible pour tous les navires battant pavillon européen de pêcher à 6 miles - environ 10 km - des côtes britanniques. Or à Hastings, on veut que les navires étrangers soient éloignés d’au moins 20 kilomètres. Pour des raisons de souveraineté, mais aussi et surtout parce que c’est dans cet écartlà, entre 10 et 20 kilomètres au-delà du rivage, que les prises sont les meilleures.

  


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 26 Janvier 2021 - 16:14 Biden: l’«Impeachement» doit avoir lieu