L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Transport routier : Un soutien salué par les professionnels, mais...


Rédigé par Kawtar CHAAT le Mercredi 29 Juin 2022

Alors que la conjoncture mondiale continue de peser sur les finances des ménages, le gouvernement a décidé d’augmenter de 40% la valeur du soutien accordé aux professionnels du transport routier dans le cadre de la quatrième tranche de soutien, a annoncé, mardi, le ministère du Transport et de la Logistique.



La pression liée à la pandémie et au conflit russo-ukrainien a poussé certains opérateurs du transport routier au maintien d’un système de transport de base opérationnel avec une main-d’oeuvre réduite. Ceci a induit un changement soudain des sources de revenus pour les opérateurs de transport, dont plusieurs connaissent un manque à gagner non négligeable au niveau de leurs finances.

Compte tenu de la persistance de la situation actuelle caractérisée par la flambée des prix des carburants, le gouvernement a décidé d’augmenter la valeur du soutien accordé aux travailleurs des transports terrestres de 40% par rapport à la quatrième tranche dudit soutien, qui devrait être accordée au cours du mois de juillet 2022, a déclaré le ministère dans un communiqué. Le département de Mohamed Abdeljalil précise que l’Exécutif a ainsi choisi d’intervenir pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens dans une conjoncture marquée par la hausse des prix à l’échelle mondiale.

Un dispositif de soutien élargi

Les professionnels avaient exprimé leurs revendications lors d’une série de réunions qui ont débuté en décembre 2021 sous la présidence du ministre et du secrétaire général des Transports et de la Logistique. Ces revendications portent sur l’accélération des démarches administratives relatives au renouvellement des flottes de véhicules, la digitalisation de certaines démarches administratives, ainsi que sur l’extension de la gratuité des formations pour les chauffeurs professionnels et l’accompagnement des opérateurs et entreprises de transport impactés par la pandémie.

Ainsi, le programme d’aides financières, qui a été annoncé pour la première fois en mars, bénéficiera aux chauffeurs de bus et de taxi, ainsi qu’aux transporteurs de marchandises. Pour ce qui est du transport public, une subvention de 2.200 dirhams est allouée aux grands taxis, 1.600 dirhams pour les petits taxis, 1.800 dirhams pour les véhicules de transport mixte en milieu rural, 7.000 dirhams au profit des autocars inter-villes, et 6.200 dirhams pour les autobus, selon le dispositif annoncé lors du Conseil de gouvernement du 10 mars.

S’agissant du transport touristique, les professionnels du transport en commun bénéficieront d’un soutien financier de 2.800 dirhams pour autocars de 1ère série, 1.400 dirhams pour les minibus de 2ème série et 1.000 dirhams pour les véhicules de 3ème série (TGR/TLS). L’aide gouvernementale concerne également les professionnels du transport de marchandises qui bénéficieront d’une prise en charge à partir de 1.000 dirhams, notamment au profit des véhicules de dépannage, ainsi que le transport scolaire (1.000 dirhams) et personnel (1.200 dirhams).

Si le programme a été adapté aux spécificités de chaque catégorie, cette mesure est dénoncée par certains représentants des routiers. Pour Nabil Lhoum, secrétaire général de l’Union Générale des Travailleurs Unionistes du Maroc (UGTUM), ces aides devraient être accordées de manière équitable. Par ailleurs, les professionnels ont déjà bénéficié de deux subventions tandis que la troisième tranche de subventions est en cours d’élaboration. Selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, le montant du soutien accordé par l’Exécutif aux professionnels du transport routier au cours du mois de juillet 2022 passe de 500 millions à 700 millions de dirhams.

Un dossier épineux

Pourtant, certains professionnels ne semblent pas satisfaits de ce programme du gouvernement. La révision à la hausse du soutien financier n’a pas dissuadé les routiers quant à l’organisation de la grève qu’ils prévoient de mener après Aïd Al-Adha. Celle qui devait avoir lieu le 29 juin, selon Nabil Lhoum, a été reportée pour éviter toute perturbation à la veille de l’Aïd.

Les conducteurs participeront à cette grève pour dénoncer l’insuffisance des subventions et protester contre la hausse des prix du carburant, a-t-il indiqué, qualifiant le programme de soutien de «solution éphémère» et exhortant le gouvernement à plafonner les prix du carburant.

A présent, aucune suite n’a été donnée à la proposition de loi déposée par le groupement de la CDT à la Chambre des Conseillers concernant le plafonnement des prix des carburants qui aura, sans doute, de grandes retombées économiques sur la Caisse de Compensation déjà alourdie par la conjoncture mondiale et la volatilité économique. Ce refus intervient en effet dans une conjoncture où les effets de la libéralisation des prix dans la filière des hydrocarbures en 2016, sous le gouvernement Benkirane, pèsent sur les finances des ménages.



Kawtar CHAAT








🔴 Top News










 
Other