Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Transport de voyageurs : Reprise timide après de lourdes pertes


Rédigé par Safaa KSAANI le Jeudi 9 Juillet 2020

Le ministère du Transport dévoile des chiffres relatifs à la réouverture de certaines gares routières et de sociétés de transport de voyageurs.



Transport de voyageurs : Reprise timide après de lourdes pertes
Entre le 26 juin et le 4 juillet, environ 85 % des gares routières ont commencé à accueillir les voyageurs. Elles sont cinquante-huit gares routières sur un total de 68 à rouvrir leurs portes, fermées depuis le 21 mars dernier, date à laquelle toute circulation fût interdite entre les villes. Quant aux sociétés de transport de voyageurs, cent treize d’entre elles ont repris leur activité, selon un communiqué consacré à la reprise progressive des activités du transport en commun de voyageurs, publié le 7 courant par le ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau. Durant les neuf premiers jours, ces sociétés de transport ont réalisé plus de 470 départs, précise la même source.

Pour une meilleure reprise des activités du transport en commun de personnes (transport public de voyageurs, transport mixte, transport touristique et transport de personnels) respectant les règles sanitaires émises par les autorités compétentes, deux cahiers des charges ont été préparés pour la prévention des risques de propagation du virus Covid-19, en concertation avec les départements concernés et compte tenu des propositions des représentations professionnelles du secteur.

De lourdes pertes économiques Parmi les mesures anti-Covid-19 afférentes au transport en commun, figure la réduction de moitié de la capacité des véhicules et leur désinfection. Une mesure qui a poussé les transporteurs à penser à doubler les tarifs, notamment en vue de compenser les pertes accumulées à cause du confinement, au grand dam des voyageurs.

Dans son rapport intitulé “Covid-19 et tourisme : Accès sur les conséquences économiques”, la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) a classé le Maroc en 7ème position des pays les plus impactés par la pandémie côté tourisme, sur la base de 15 pays. Le rapport prévoit que les pertes dans le secteur du tourisme au Maroc atteindront, dans le scénario optimiste, 6 milliards de dollars et 11,37 milliards de dollars dans le pire des cas.

Par ailleurs, les directeurs régionaux du ministère de tutelle tiendront des réunions avec les représentations professionnelles du secteur en vue de, entre autres, examiner les propositions formulées par les professionnels qui permettraient d’aboutir à une reprise rapide dans le respect des règles sanitaires dictées par les autorités.

En revanche, certains dispositifs desdits cahiers des charges connaîtront une modification après l’amélioration de la situation épidémiologique du Covid-19 au Maroc, a-t-on affirmé, dans un autre communiqué datant du 30 juin dernier.

Safaa KSAANI 

3 questions à Othman Cherif Alami, président de la Fédération Nationale du Transport Touristique (FNTT)

Othman Cherif Alami
Othman Cherif Alami
« Nous travaillons à 90% avec les touristes étrangers »

- Comment évaluez-vous l’impact de la crise sanitaire sur votre activité ?

- L’impact de la crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau Coronavirus sera toujours négatif, vu que le tourisme national ne concerne entièrement pas notre activité et que le planning des ouvertures des frontières sera certainement restreint et progressif à l’international. Nous travaillons à 90% avec les touristes étrangers, puisque le tourisme national n’a pas vocation à utiliser nos autocars, sauf lors de déplacements pour des congrès ou voyages de personnes d’associations ou d’entreprises. 

- Que propose la FNTT pour reprendre l’activité après le post-Coronavirus ?
- Notre Fédération a présenté un mémorandum post-Covid-19 avec des demandes et mesures de sécurité et de protection, dont certaines pour une nouvelle relance du secteur, et ce, en vue de se préparer pour l’année prochaine dès octobre 2020. La FNT entreprendra une série de rencontres pour créer une nouvelle synergie commerciale, financière et économique, sans oublier la mise en place d’un nouveau partenariat avec les représentants des différentes chambres de commerce, d’industrie et de service des principales régions touristiques du royaume.

- La FNTT a-t-elle des priorités pour amorcer la reprise ?
- Oui, nos recommandations pour la reprise sont dûment présentées dans notre mémorandum, également par la Confédération Nationale du Tourisme (CNT), qui a inclus des mesures proposées par la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM). Nous avons aussi organisé des rencontres et forums pour faire partager l’incontournable rôle de ce segment du Tourisme. 
(Avec MAP)