Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Tennis : Les Sud-Américains s’imposent chez eux


Rédigé par M. BELAOULA le Mercredi 2 Décembre 2020

Le Masters de Londres a marqué la fin de la saison 2020 des stars du tennis, mais les circuits secondaires se poursuivent



Tennis : Les Sud-Américains s’imposent chez eux
Le «Nitto ATP Finals Londres» s’est clôturé, avec la victoire du Russe Daniil Medvedev, et avec lui, la saison des stars du circuit. Mais si le monde du tennis se tourne, déjà, vers l’année prochaine, aussi incertaine soit-elle, il n’est pas, encore complètement, à l’arrêt. On poursuit avec les Challengers où l’on va disputer encore quatre tournois d’ici la fin de l’année. Un seul en Europe ; celui de Maia au Portugal qui se joue cette semaine, au même titre que celui de Campinas au Brésil. La semaine dernière, on a disputé les Challengers de Lima, au Pérou, et celui de Sao Paulo, au Brésil, où les Sud Américains se sont imposés chez eux.

À Lima: l’hécatombe des favoris
Doté de 52,080 dollars, le Challenger 80 de Lima a débuté avec les qualifs qui ont tourné en faveur de l’Argentin Thiago Augustin Tirante, de l’Ukrainien Vitaliy Sachko, du Chilien Gonzalo Lama et du Brésilien Wilson Leite. En attaquant le tableau final, tous les favoris sont restés sur le carreau à l’exception du n°7, le Colombien Daniel Elahi Galan, qui a poursuivi son chemin jusqu’à la consécration finale. Une finale où il a accueilli, en provenance du haut du tableau, l’Argentin des qualifs, Thiago Agustin Tirante, qui n’a lâché aucun set à ses adversaires. Ayant perdu la première manche (6/1), le compatriote du regretté Maradona s’est repris dans la seconde en gagnant par 6/3. Le même score qui a permis au Colombien de boucler la boucle. 

À Sao Paulo : Seul contre tous
Avec le même prize-money, le Challenger 80 Brésilien est passé, en premier lieu, par la phase qualificative qui a tourné en faveur des Brésiliens Pucinelli De Almeida et Reis Da Silva, du Colombien Alejandro Gonzalez et de l’Argentin Camilo Ugo Carabelli. À l’entame du tableau majeur, les deux têtes de série, les Brésiliens Thiago Monteiro et Thiago Seyboth Wild, ont calé d’entrée pour être suivi, après, par le n°3, l’égyptien Mohamed Safwat, le seul arabe et africain à faire ce fastidieux déplacement pour se faire éliminer au second tour. D’ailleurs, cette partie supérieure du tableau a été amputée de toutes ses têtes d’affiche pour laisser le soin au Brésilien, Meligeni Rodrigues Alves, d’avancer, tranquillement, vers la finale. Là où il avait à accueillir le Portugais et n°6, Frederico Ferreira Silva, pour un duel qui n’a tenu ses promesses que lors de la seconde manche, soldée au jeu décisif. Ce tie-break qui a basculé en faveur du Brésilien, déjà vainqueur du premier set par 6/2. 

Cette semaine, on enchaîne avec les Challengers de Campinas, au Brésil, et de Maia, au Portugal, qui ont commencé le week-end avec les qualifs. Voici «Repères».

Repères
Les quatre de Campinas...
Doté de 52 080 dollars, le Challenger 80 de Campinas, au Brésil, a débuté le week-end avec le tableau des qualifs avec le passage, au tableau majeur, des Argentins Camilo Ugo Carabelli et Sébastian Baez, du Néerlandais Jelle Sels et de l’Espagnol Carlos Gomez-Herrera. Les têtes d’affiche sont l’Espagnol Roberto Carballes Baena, le Brésilien Thiago Seyboth Wild, l’Argentin Facundo Bagnis et le Colombien Daniel Elahi Galan. L’Egyptien Mohamed Safwat arrive en cinquième position.
...et de Maia 
Le Challenger de Maia, au Portugal, est doté de 44 820 dollars et 80 points ATP pour le vainqueur. L’antichambre des qualifs ont donné raison au Croate Duje Ajdukovic, au Turc Altug Celikbilek, au Tchèque Michael Vrbensky et au Français Maxime Hamou. Les quatre têtes de série ont pour noms l’Espagnol Pedro Martinez, le Portugais Pedro Sousa, le Slovaque Jozef Kovalik et le Suisse Henri Laaksonen.
Wanted... les nôtres
En effet, depuis l’avènement du Covid-19, on n’entend plus parler de nos joueurs. On ne peut pas dire «pas de nouvelle, bonne nouvelle». Ni de la part des joueurs, ni de la part de la fédération. Seuls quelques juniors sont, quelque part, en Égypte pour des ITF.