Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Tennis: La guéguerre entre le président et son trésorier


Rédigé par M.BELAOULA le Mardi 6 Avril 2021

C'est une ambiance électrique parsemée de divergences et de mécontentements qui règne, aujourd'hui, au COC.



En haut: Le président, Dr Abderrahim El houari (à gauche), lors d'une récente remise des Prix En bas: A droite, le trésorier du C.O.C, Adil Dahmany, avec le directeur technique du club.
En haut: Le président, Dr Abderrahim El houari (à gauche), lors d'une récente remise des Prix En bas: A droite, le trésorier du C.O.C, Adil Dahmany, avec le directeur technique du club.

Ces derniers temps, le torchon brûle entre le président du COC, le docteur Abderrahim El Houari, et son trésorier, M. Adil Dahmany, à telle enseigne que les deux parties se sont retrouvées devant la justice. Une première pour un si prestigieux club qui, au lieu de concentrer ses efforts sur son activité principale à savoir le tennis, se retrouve dans une ambiance électrique qui aurait poussé, même, certains de ses meilleurs éléments d'aller jouer sous d'autres cieux. Ce conflit a fait, déjà, l'objet de deux audiences (24 et 25 mars) au sein d'un tribunal casablancais dont l'une suite à la plainte déposée par M.Dahmany contre son président dans le but d'annuler la décision de son radiation et son exclusion du club qui, selon le plaignant, ne repose sur aucun critère réglementaire et administratif, d'autant plus qu'il a été élu assemblée générale.
 

 Des dommages-intérêts 

 
Pour son exclusion, M.Dahmany souligne que le président a saisi la commission de discipline et de réconciliation pour entériner sa décision qui n'a pas donné suite à sa demande dans le temps réglementaire. De ce fait, il lève la sanction mais une semaine plus tard, il revient à la charge après une réunion du comité pour afficher, définitivement, son interdiction d'accès au club. L'ex trésorier du club reproche, aussi, au président ses agissements et ses décisions en solitaire, alors qu'elles rentrent dans les prérogatives de la trésorerie du club. Toujours selon le plaignant, d'autres plaintes vont suivre à l'encontre du président El Houari dont la demande des dommages-intérêts. Nous croyons savoir, aussi, qu'une autre plainte aurait été déposée à l'encontre du président de la part d'une maman membre du club qui aurait été mal traitée par le président devant témoins. 
Pour conclure avec M.Dahmany, ce dernier devait nous préciser qu'il n'a pas de problèmes avec le COC, mais plutôt avec M. El Houari et sa manière de gérer qui ne respecte pas les statuts et qu'il est, toujours, trésorier, malgré la décision du président et qu'il ne cherche qu'à préserver les intérêts du COC. 
 
Les éclaircissements du président 
 
Le président El Houari qui sort de son silence pour éclairer notre lanterne : "Suite à la diffusion d'articles dans la presse, par M. Dahmany, m'accusant d'abus de pouvoir, de fraude fiscale et de mise en péril du club, des éclaircissements s'imposent:      
                                                    
•1) M. Dahmany a été dans la liste du président "candidat" Dr El Houari et l'AGO du 20/2/2020  a élu le président pour 4 ans (les membres du comité peuvent démissionner ou être démis en cas de carence, Loi 30/09). Les autres membres remplissent tous les critères d'éligibilité contrôlés par la commission responsable des élections. (PV). 

•2) Les poursuites judiciaires ne sont basées sur aucun fait réel ou objectif et ont scandalisé les membres adhérents qui condamnent vigoureusement cette action irresponsable (une 1ère dans l'Histoire). 

•3) Les faits officiels (PV du comité) : *Suite à différents comportements agressifs et anti statutaires à l'intérieur du club et au cours des réunions du comité, la décision de démettre à l'unanimité M. Dahmany a été prise le 9/12/2020 pour carence dans l'exercice de ses responsabilités. Le 11/1/2021 et suite à la persistance du même comportement hostile et menaçant faisant fi de toutes les interventions des membres dans le cadre réglementaire, amical et familial, le comité a décidé de lui interdire l'accès au club (suspension provisoire et préventive statutaire) et toujours à l'unanimité (10 membres sur 11). 

•4) Concernant la gestion financière, elle ne peut pas être plus transparente, le COC-Tennis est connu, depuis toujours, par la rigueur imposée par ses statuts et son règlement interne et la confiance mise par les adhérents dans les comités et leurs présidents (signature des PV par le SG, la communication et le président, signature des dépenses par les présidents des commissions, le trésorier et le président, des décisions prises à la majorité des membres du comité…). 
 
"Mettre fin à cette mascarade" 
 
Et de conclure : "Ces agissements et actions de M. Dahmany n'ont aucun support légal ni aucun soutien au niveau du club. La très grande majorité des membres, bien au courant de la réalité, sont scandalisés par son comportement incompréhensible depuis la constitution de ce comité, il y a une année déjà, où il ne se retrouve pas avec la nouvelle gestion inhérente aux nouveaux statuts (les prérogatives de chacun sont claires). 

Par ailleurs, tous les membres condamnent toutes ses actions en interne et en externe du club, d'autant plus que le club a trouvé, depuis quelques semaines, sa sérénité et compte, actuellement, un nombre record de membres (un millier dont 1/3 de jeunes pratiquant le tennis), une ambiance familiale exemplaire, une amélioration de l'infrastructure et un projet ambitieux. Le président se réserve le droit, avec l'appui du comité et des adhérents actifs, de mettre en action toutes les procédures légales *statutaires et judiciaires* pour mettre fin à cette mascarade dans le seul intérêt du COC-Tennis. La vérité et la bonne foi ne peuvent pas être mises en défaut par une seule personne malveillante". Fin de citation de la réplique du président du COC-Tennis concernant sa guéguerre avec son trésorier.
Maintenant qui a tort et qui a raison, seule la justice peut trancher dans ce sens. De notre côté, et sans parti pris, nous nous sommes contentés de recueillir les deux versions.