Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Syrie : L’Occident entraverait le retour des réfugiés


le Jeudi 12 Novembre 2020

Le gouvernement syrien s’emploie à assurer le retour de millions de réfugiés, mais les sanctions entravent le travail des institutions étatiques, a déclaré le président Bachar Assad.



Syrie : L’Occident entraverait le retour des réfugiés
Les commentaires du président syrien sont intervenus, mercredi, lors de la séance d’ouverture d’une conférence internationale de deux jours, organisée par la Russie à Damas sur le retour des réfugiés. L’événement est boycotté par de nombreux pays arabes et occidentaux et a été critiqué par les Nations Unies et les États-Unis, qui disent que le moment n’est pas encore venu pour le retour des réfugiés. Ils insistent sur le fait que la première priorité devrait être de garantir la sécurité du retour des gens dans ce pays déchiré par la guerre.

Les forces d’Assad ont repris une grande partie de la Syrie, avec le soutien de ses alliés, la Russie et l’Iran, ce qui a contribué à faire pencher la balance en sa faveur. Mais de vastes zones restent hors du contrôle du gouvernement, principalement dans le nord près de la frontière avec la Turquie. Le conflit qui a commencé avec des manifestations antigouvernementales en mars 2011 dans le cadre du printemps arabe de la région, s’est rapidement transformé en guerre civile.

La conférence de mardi s’est tenue dans une salle géante avec des participants, la plupart portant des masques, observant la distanciation sociale en raison du coronavirus. De nombreux pays ont été invités, mais seuls 27 ont accepté de participer, y compris le Liban et l’Irak voisins, qui accueillent un grand nombre de réfugiés syriens, selon la télévision d’État.

La Turquie, qui soutient les rebelles, n’a pas été invitée à cette conférence. 

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Charbel Wehbi, s’est adressé à l’assemblée par vidéoconférence et a profité de l’occasion pour appeler la communauté internationale à aider au retour des réfugiés syriens. Le Liban accueille le plus grand nombre de réfugiés syriens par habitant, qui à un moment donné représentaient près d’un quart de la population du petit pays de 5 millions d’habitants. Le pays est désormais plongé dans une crise économique et financière sans précédent.

Bien que Wehbi ait parlé de Beyrouth, le Liban a envoyé une délégation pour assister à la conférence dirigée par le ministre des Affaires sociales, dont le ministère est chargé de s’occuper des réfugiés syriens. Pour les Libanais, le dossier des réfugiés syriens reste un point de divergence entre les différentes parties. Certaines voudraient traiter le dossier sous les auspices des Nations Unies, alors que d’autres pencheraient pour une solution négocié directement avec Damas. Du fait, l’invitation pour la conférence de Damas ne pouvait être rejetée, d’autant plus que le retour des déplacés est une priorité libanaise, «mais dans cette conférence en particulier, il n’est pas dans l’intérêt du Liban d’entrer dans des différends internes à son sujet, et plus particulièrement dans la phase actuelle de formation du gouvernement, selon les mêmes sources.

Les sanctions occidentales, un « étranglement financier »
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dont le discours a été lu par l’envoyé du président russe en Syrie, a qualifié les sanctions d’``étranglement financier ‘’ utilisé pour empêcher l’arrivée de l’aide étrangère et dressé des obstacles pour empêcher le retour des déplacés vers les zones sous contrôle gouvernemental.

Les médias publics syriens ont cité le chef du Centre de gestion de la défense nationale russe Mikhail Mezentsev, disant que Moscou allouera 1 milliard de dollars pour reconstruire les réseaux d’électricité et d’autres industries de la Syrie. La guerre de neuf ans en Syrie a tué environ un demi-million de personnes, blessé plus d’un million et contraint environ 5,6 millions de personnes à fuir à l’étranger en tant que réfugiés, principalement vers les pays voisins. Six autres millions de la population syrienne d’avantguerre, soit 23 millions, ont été déplacés à l’intérieur du pays par les combats.

« Nous travaillons dur pour le retour de chaque réfugié qui souhaite revenir et aider à reconstruire le pays », a déclaré Assad dans un discours diffusé au début de la conférence. Mais, a-t-il ajouté, «il y a des obstacles majeurs, y compris les pressions exercées sur les réfugiés pour qu’ils ne rentrent pas et les sanctions économiques illégitimes et le siège imposé par le régime américain et ses alliés».

Assad a déclaré que les sanctions européennes et américaines contre son gouvernement, imposées au cours de la guerre, entravent les efforts de reconstruction et l’amélioration des infrastructures endommagées par la guerre, ce qui n’aide pas le retour des réfugiés.

Lors d’un appel vidéo avec Assad lundi, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que de grandes parties de la Syrie sont relativement pacifiques et qu’il était temps pour les millions de Syriens qui ont fui de rentrer chez eux et d’aider à la reconstruction

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 25 Novembre 2020 - 15:51 Ethiopie : Appels à protéger les civils