Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Stock de vaccins : Début du stress-test en matière d’approvisionnement ?


Rédigé par Nabil Laaroussi le Dimanche 7 Mars 2021

Depuis trois jours, le nombre d’injections de la première dose enregistre une baisse continue. Une tendance qui suscite l’inquiétude des citoyens marocains quant à la réalisation des objectifs de la campagne de vaccination.



Le Maroc a reçu, ce dimanche, un lot de quelque 500.000 doses du vaccin de Sinopharm, élevant ainsi le nombre de doses reçues par le Royaume à 8,5 millions de doses. Loin de pouvoir amortir le stress qui découle d’un éventuel épuisement du stock de vaccins réservé aux premières doses, cet arrivage intervient pour donner une bouffée d’air aux responsables de la gestion de la campagne de vaccination. D’ailleurs, on ne compte plus que 86.385 doses restantes des 4 millions d’unités prévues pour la première injection, selon des calculs effectués à partir des chiffres officiels.

Malgré ces données pour le moins inquiétantes, Moulay Mustafa Ennaji, directeur du laboratoire de virologie de l’université Hassan II de Casablanca et membre du Comité de vaccination, contacté par nos soins, nous a assuré qu’ « il n’y a pas de rupture de stock en vue », ajoutant qu’il existe une équipe dont la seule mission est de gérer les stock de vaccins et assurant que de nouveaux arrivages sont prévus très prochainement dans les semaines qui suivent.

Par ailleurs, force est de constater que, depuis trois jours, le nombre d’injections de la première dose a connu une tendance baissière importante. Ce nombre qui était de 74.924 au jeudi 3 mars a significativement chuté pour atteindre respectivement 57.590 et 35.928 doses vendredi et samedi. En contrepartie, le rythme d’administration de la deuxième dose a évolué positivement, pour s’élever à 86.910 injections vendredi 5 mars et à 79.000 injections le lendemain, alors que le nombre d’injections de la deuxième dose était de 52.343 jeudi 4 mars.
 
“Nous ne voulons pas reprendre l’erreur qu’ont commise plusieurs pays qui ont administré toutes les doses acquises et se sont retrouvés incapables d’assurer la deuxième dose à cause des retards de livraison”
 

La baisse du nombre des premières injections, expliquée par les experts

Cette tendance s’explique par «  une volonté d’assurer d’abord la vaccination des populations vulnérables  », nous affirme Saïd Afif, président de la Société marocaine des sciences médicales et membre du Comité technique de vaccination.

Pour sa part, Moulay Mustafa Ennaji avance que le nombre d’injections de la première dose est tributaire des demandes reçues sur le site ou par SMS. A l’opposé de la deuxième injection qui dépend du nombre de personnes ayant reçu la première injection et qui doivent absolument recevoir la deuxième pour être complètement vacciné. Une explication appuyée par Saïd Afif qui souligne que « Nous ne voulons pas reprendre l’erreur qu’ont commise plusieurs pays qui ont administré toutes les doses acquises et se sont retrouvés incapables d’assurer la deuxième dose à cause des retards de livraison ».

D’autant plus que la stratégie du Royaume, ajoute-t-il, « a permis de libérer plusieurs lits de réanimation des différents services dans les hôpitaux du Maroc, donnant ainsi au personnel de santé la possibilité de reprendre leurs activités en parallèle avec la gestion de la Covid ».

Le nouveau lot, reçu dans la matinée du dimanche 7 mars, devrait permettre au Royaume de tenir pendant près d’une semaine avant de se retrouver dans la même situation. Encore, faudra-t-il prévenir un épuisement du stock en assurant de nouvelles livraisons de vaccins, afin d’éviter toute perturbation dans la programmation de la campagne de vaccination. A ce propos, Saïd Afif espère que les fournisseurs respecteront les délais de livraison établis.

Rappelons que le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, avait manifesté un optimisme étonnant quant au calendrier d’approvisionnement et avait indiqué lors du lancement de la campagne de vaccination à Rabat que plusieurs livraisons de Sinopharm et d’AstraZeneca étaient prévues mars et avril, à des dates précises qui seront fixées par les fabricants. «Nous avons signé des contrats à ce propos, les livraisons sont donc garanties», avait-il affirmé.

  


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 15 Mai 2021 - 11:57 L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus