Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Sahara marocain : Les accords Maroc-UE dans le collimateur de la CJUE


Rédigé par Nabil LAAROUSSI le Mercredi 3 Mars 2021

La Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) tient, mardi et mercredi, deux sessions pour discuter
des accords agricole et de pêche entre l’Union Européenne et le Maroc.



Sahara marocain : Les accords Maroc-UE dans le collimateur de la CJUE
La décision de la Cour de justice à ce sujet devra attendre «plusieurs mois», précise un porte-parole du tribunal luxembourgeois cité par l’AFP, et ce, en raison du harcèlement juridique autour des marchandises provenant des provinces marocaines du Sahara.

Interrogé sur «le contentieux à répétition» auprès de la CJUE, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a expliqué qu’il s’agit plutôt d’une «guérilla» contre les marchandises marocaines. 

«C’est de la guérilla, ce n’est pas de la stratégie», a-t-il rétorqué, notant que «c’est à l’Europe de réagir à ce harcèlement judiciaire».

A la veille des deux sessions de la CJUE, plusieurs questions ont été posées à la Commission Européenne sur la légalité des activités des chalutiers européens dans les eaux du Sahara. Une nouvelle tentative désespérée des quelques députés européens pro-polisariens à mettre une pression économique sur le Royaume, qui nous rappelle les événements de 2016.

En effet, le Maroc avait suspendu tout contact avec l’UE, suite à une décision de la justice européenne qui invalidait l’accord agricole entre les deux parties sous prétexte qu’il ne devait pas s’appliquer aux provinces du Sud, une décision jugée à « caractère hautement politique » et « contraire au droit international ».

Toutefois, en 2019, « les parties marocaine et européenne ont trouvé une formule pour poursuivre aussi bien l’accord de pêche que l’accord agricole, suite à de nombreuses discussions approfondies sur les possibilités juridiques du maintien des accords », expliquait Claudia Wiedey, Ambassadrice de l’UE au Maroc, dans une déclaration à la presse. Ainsi, conséquemment à une décision du Parlement européen, l’accord de pêche conclu en février 2019 inclut explicitement les provinces du Sud dans son champ d’application, et ce, malgré l’arrêt de la Cour de justice européenne, du 27 février 2018, qui stipulait que « l’accord de pêche conclu entre l’UE et le Maroc est valide dès lors qu’il n’est pas applicable au Sahara occidental et aux eaux adjacentes à celui-ci ».

Un partenariat fructueux pour les deux parties

Nottons qu’en 2019, le Maroc a «exporté pour 434 millions d’euros (524 millions de dollars) de poissons, de tomates et de melons du Sahara occidental vers l’Europe», selon une déclaration de la Commission Européenne en décembre dernier.

En outre, les échanges de biens entre le Maroc et l’Union Européenne ont totalisé 35 milliards d’euros en 2020, en baisse par rapport aux 3 dernières années à cause de la crise sanitaire de Covid-19, selon la Délégation de l’Union Européenne à Rabat.

Ce montant est composé de 15 milliards d’euros d’exportations marocaines vers l’UE et 20 milliards d’exportations UE vers le Royaume, selon un document de la Délégation, remis mercredi aux journalistes en marge d’un point de presse de l’ambassadrice de l’UE au Maroc.

Les échanges agricoles ont ainsi maintenu leur progression, en dépit de la pandémie de Covid-19 qui a impacté les échanges commerciaux globaux en 2020. Depuis l’entrée en vigueur de l’accord agricole en 2012, les exportations marocaines à destination de l’UE ont doublé (2,2x) pour se situer à 2,5 milliards d’euros en 2020 (16% des exportations marocaines globales vers l’UE).

Les importations en provenance de l’UE ont atteint 2,2 milliards d’euros, soit 11% des importations globales marocaines depuis l’UE et 1,8x de celles enregistrées en 2012. Le Maroc affiche un surplus de balance commerciale agricole avec l’UE.

Nabil LAAROUSSI