Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Sahara : Le parlement des Canaries, met Madrid dans l’embarras


Rédigé par La rédaction le Vendredi 29 Janvier 2021

Quelque 50 députés du parlement autonome de l’archipel des Canaries viennent d’appeler Joe Biden à revenir sur la proclamation de son prédécesseur sur la marocanité du Sahara. Une correspondance qui vient encore embarrasser le gouvernement central de Madrid qui se dit neutre sur la question et qui place le partenariat avec le Maroc comme axe majeur de sa politique extérieure.



Nouvelle sortie de parlementaires espagnols appelant à un rétropédalage de l’administration Biden sur la reconnaissance faite par son prédécesseur sur la marocanité du Sahara. Après les eurodéputés de Podemos, aujourd’hui ce sont des membres du parlement des Canaries qui suivent la même voie. En effet, une cinquantaine de députés toutes formations confondues, sur 70 que compte le parlement de l’archipel, regroupés au tour des élus de la formation Nueva Canarias ont adressé une correspondance au président américain récemment rentré en fonction.

Une nouvelle sortie d’élus espagnols, qui vient embarrasser le gouvernement central espagnol, quelques jours après que la cheffe de la diplomatie, Arancha Gonzalez Laya ait présentée à Madrid, sa stratégie d’action extérieure où le maintien de bonnes relations avec le Maroc représente l’un de ses axes majeurs. Les élus des Canaries tentent par ailleurs d’étendre ce mouvement d’appui aux revendications séparatistes à d’autres parlements autonomes espagnols, voire européens.

Une sortie qui renseigne sur les mouvements des lobbys pro-séparatistes, après la sécurisation du passage d’El Guergarat et la proclamation présidentielle du 10 décembre. Le Polisario et ses parrains se sont ainsi lancés dans une « guerre médiatique », à défaut d’être réelle, puis déploient leurs réseaux de lobbying traditionnels, notamment en Espagne et en Scandinavie. Des sorties qui pour l’heure ne mettent dans l’embarras que le gouvernement espagnol qui à chaque sorties hasardeuse du genre, se retrouve à faire « du damage control ».

Pour l’heure, la nouvelle administration fédérale semble vouloir maintenir la ligne adoptée par Donald Trump sur la marocanité du Sahara. Reste à savoir, quel sera le prochain mouvement de ses lobbys, qui ont également poussé le fonds d’investissement norvégien Storebrand à se désengager du tour de table d’entreprises ayant investis dans le secteur de l’énergie renouvelable dans les provinces du Sud.

Rappelons enfin que le 14 décembre, au lendemain de la publication de la proclamation de Donald Trump reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara, la ministre espagnole des affaires étrangères, Arancha González Laya, lors d'une intervention sur la chaîne espagnole Onda Cera,  avait exprimé des propos qui ne différent en rien de la substance de la récente correspondance des députés canariens dont la démarche cache une volonté de pression sur le Maroc, en vue d'infléchir ses positions dans le dossier de l'immigration clandestine qui connaît une véritable explosion dans l'archipel situé en face des côtes sud du Royaume. 

  


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 18 Avril 2021 - 14:46 Ramadan: Les métiers saisonniers fleurissent