Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Rassuré par le Comité scientifique, le ministère de la Santé se prépare à autoriser la troisième dose anti Covid-19.


Rédigé par Anass Machloukh le Mercredi 8 Septembre 2021

La Département de Khalid Ait Taleb s’apprête à rendre officiel l’injection de la troisième dose des vaccins anti Covid-19, après un avis favorable du Comité technique de vaccination. Seuls les frontliners et les personnes vulnérables sont concernés par cette mesure de précaution. Détails.



Le Royaume se prépare à emboiter le pas de plusieurs pays qui ont autorisé la troisième dose des vaccins anti Covid-19. Bien que ce ne soit pas encore officiel, le Comité scientifique a d’ores et déjà donné son aval, nous confirme Moulay Said Afif, membre du Comité et président de la Société marocaine des sciences médicales dans une déclaration à l’Opinion, ajoutant que cette décision fera l’objet d’un communiqué officiel du ministère de la Santé dans les jours qui viennent.

En effet, l’injection de la troisième dose ne concerne pas toute la population. M. Afif nous explique que cela est réservé aux personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes ayant des maladies chroniques et le personnel de première ligne.

« Dernièrement, nous avons constaté qu’un nombre important de personnes de première ligne et le personnel soignant ont contracté le Covid-19 bien qu’elles soient vaccinées », fait remarquer l’expert, soulignant que la troisième dose est une mesure de précaution destinée à protéger cette catégorie vitale pour veiller à la continuité du système de Santé.

Rappelons que plusieurs pays tels que les Etats unis, Israël et des pays de l’Union européenne ont recommandé la troisième dose après la vague du variant Delta. Cette souche qui a également envahit le Maroc est plus résistante aux vaccins que ses prédécesseurs. Il s’agit d’une solution pour la baisse de la protection immunitaire procurée par les deux doses, sachant que des études font état d’une baisse des anticorps au fur et à mesure que le temps passe. Sur la base de leurs données de suivi des personnes vaccinées, l'Agence américaine des médicaments (FDA) et le Centre de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont prouvé que la protection baisse avec le temps.