Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Prix de l’année 2021 / La championne Dina Asher-Smith et sa chronique gagnante sur le racisme : « C’est ma première médaille pour l’écriture »


Rédigé par Rachid MADANI le Jeudi 16 Septembre 2021



 
Deux semaines après avoir remporté le AIPS Sport Media Awards pour la meilleure chronique, Dina Asher-Smith est toujours extatique en se remémorant le château de Vigevano et les instants qui ont précédé l'annonce.
 La sprinteuse britannique, a l'habitude de recevoir des trophées, mais celui-ci est le premier qu'elle obtient pour l'écriture.
« J’adore gagner des prix sportifs, mais cela signifie beaucoup parce que j’ai utilisé mon cerveau », dit-elle fièrement.
Son article, une chronique très touchante dans laquelle elle a abordé le racisme pendant le mouvement Black Lives Matter, a brossé un tableau parfait de l’implication des athlètes dans les questions sociales et était également un reflet profond de sa propre histoire.
La chronique publiée dans le « Telegraph Women’s Sport Monthly » a eu une répercussion immédiate. Mais Dina n’aurait pas pu imaginer que cela deviendrait la meilleure chronique de l’année et que les gens l’appelleraient en pleurant pour la féliciter. « Mon entraîneur m'a dit : Tu vois ? Je vous ai dit que c'était une bonne ! » dit-elle.
 Dina, 25 ans, est devenue championne du monde au 200m (21,88 secondes) en 2019 et a également remporté la médaille d'argent au 100m et au relais 4x100 m. C’était sa première médaille d'or en tant qu'écrivain. Elle écrit techniquement depuis longtemps : après un diplôme d'Histoire à l'université, elle est devenue une essayiste assez confiante. Elle a dû travailler dur pour obtenir de bonnes notes. Mais oui, c’est la première fois qu’elle gagne quelque chose en tant qu’écrivain et elle a été très stupéfaite. Elle ne savait même pas qu’il y avait de gros prix comme celui-ci. Elle a choisi la chronique du « Telegraph Women Sport » principalement parce que c'était le seul journal au Royaume-Uni à travailler vraiment dur pour élever les problèmes des femmes, en particulier dans le sport, en utilisant leur plate-forme. Il ne rapportait pas seulement ce que les femmes faisaient dans le sport, mais aussi les règles, RED-S, l'ostéoporose, la sous-alimentation, les problèmes d'image corporelle, qui affectaient tout le monde mais qui n’étaient pas prononcés dans l'espace féminin.
Dans son article, elle a estimé qu'il était temps de parler personnellement du racisme. Honnêtement, il était très difficile d'écrire sur quelque chose de très, très personnel. C'était l'été dernier, juste un mois après le meurtre de George Floyd : c'était un moment très difficile, en particulier pour beaucoup de noirs à travers le monde avec la pandémie et tout le stress que tout le monde ressentait. Et puis c'était en quelque sorte de voir quelque chose se dérouler devant la caméra.
En tant que personne noire, elle a commencé à réfléchir sur sa vie, sur ses propres expériences. Elle passait généralement du temps à écrire sur les problèmes des femmes dans le sport, puis elle a pensé à utiliser sa chronique pour en parler. C’était la façon qu’elle voulait utiliser à ce moment précis. Elle en était fière. Elle était une sportive, elle faisait du sport, c’était là qu’elle était. Quand elle était plus jeune, tout ce qu’elle voulait accomplir en grandissant c’était d'aller aux Jeux Olympiques, parce qu’elle les a vus à la télévision.
 Elle voulait aller aux Jeux Olympiques, elle se « fichait » de savoir comment : natation, gymnastique, n'importe quoi ... Même sur le plan sportif, c'était incroyable à quel point travailler dur pour ce rêve envisageant qu’elle serait l'une des femmes les plus rapides du monde, ce qui était fou, mais c'était super de continuer. Maintenant, elle est journaliste en « herbe » une conséquence involontaire est que sa voix a du poids et elle pense que cela doit être traité avec beaucoup de respect parce que les choses que vous dites et défendez ont plus de sens.
Avec l’écriture, elle a cette chance d'influencer le changement, de faciliter et d'améliorer les prochaines étapes de la prochaine génération.
                                                                                                                        

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 27 Octobre 2021 - 13:56 Botola Pro D1 et D2 : Le programme