Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Port Tanger Med: Saisie de 30410 unités de tests rapides de Covid19


Rédigé par Achraf EL OUAD le Vendredi 27 Août 2021

Les éléments de la Sûreté Nationale sont parvenus, vendredi 27 août, à saisir des tests rapides de Covid19 de contrebande au port de Tanger.



Port Tanger Med: Saisie de 30410 unités de tests rapides de Covid19
En coordination avec les Services Douaniers, les éléments de la Sûreté Nationale ont réussi, vendredi 27 août à la mi-journée, à déjouer une opération internationale de contrebande de marchandises étrangères sous justification d'origine, constituées de 30410 unités de tests rapides pour le dépistage Covid-19, a fait savoir un communiqué de la DGSN.

«Les procédures de contrôle aux frontières ont permis la saisie de deux voitures utilitaires et d'un camion immatriculé au Maroc immédiatement après leur arrivée sur des croisières en provenance de ports espagnols, le processus d'inspection a abouti à la saisie de 7 680 unités de tests pour la détection du virus Covid-19 passés en contrebande à bord du premier véhicule, 22 680 de ces unités à bord du deuxième et 50 unités similaires réservées dans la remorque du camion », lit-on dans le même communiqué. 

Dans le même contexte, la DGSN a souligné que « les chauffeurs de ces trois véhicules, tous de nationalité marocaine, ont fait l'objet d'une information judiciaire par les autorités de la police judiciaire de la zone de sûreté portuaire Tanger-Med sous la supervision du parquet compétent afin de déterminer les prolongements possibles de cette affaire criminelle et d’arrêter toute personne qui y serait impliquée.

Le déjouement de cette opération s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par les services de Sûreté Nationale pour assurer la sécurité sanitaire de tous les citoyens, et pour lutter contre toute contrebande ou promotion illégale de matériel médical et pharmaceutique dont ceux utilisés pour détecter le virus Covid-19.

Dans le même sillage, le ministère public, dans une circulaire adressée aux procureurs généraux du Roi près les cours d'appel et aux procureurs du Roi près les tribunaux de première instance, a considéré de telles pratiques comme des délits punis par la loi vu leur nuisance aux  politiques publiques nationales pour lutter contre l'épidémie, notamment en ce qui concerne les efforts visant à élargir le champ de citoyens bénéficiaires du vaccin.