Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Plafonnement des prix des hydrocarbures : la Majorité reconnaît la crédibilité de la proposition l’Istiqlal


Rédigé par Anass Machloukh le Vendredi 9 Juillet 2021

Le plafonnement des prix des hydrocarbures proposé par le Parti de l’istiqal s’impose de plus en plus dans le débat public. Une proposition dont la crédibilité est reconnue par les députés du PJD. Détails.




Les excès de la libéralisation du marché des Hydrocarbures semblent pousser la classe politique à revoir cette réforme qui a fait et continue de faire couler beaucoup d’encre. Après l’Istiqlal, c’est au tour du parti qui dirige la majorité actuelle de reconnaitre la nécessité de réguler, de nouveau, ce marché, dont l’Etat s’est retiré depuis 2015. Abdellah Bouannou, président du groupe parlementaire du PJD à la première Chambre, a reconnu la crédibilité de la proposition du secrétaire général du Parti de l’Istiqlal Nizar Baraka, qui a préconisé de plafonner les prix des carburants afin de rééquilibrer le marché et limiter les marges commerciales énormes, dégagées par les grands distributeurs, de façon déloyale.

Dans une déclaration à Alyaoum24, le député du PJD a convenu que la proposition de Nizar Baraka est « faisable » et en harmonie avec les recommandations du rapport de la mission exploratoire sur les hydrocarbures de 2018. Il a également considéré que l’option de plafonnement est pratiquée dans plusieurs pays, ajoutant que la hausse des prix est inacceptable.

En effet, le plafonnement est l’une des mesures qui devrait figurer dans le programme électoral du Parti de l’Istiqlal, Nizar Baraka s’y est engagé durant son passage à la MAP, où il a annoncé également qu’il est prédisposé à réguler les frais de scolarité dans les écoles privées afin de préserver le pouvoir d’achat des classes moyennes.

Par ailleurs, force est de constater que la libéralisation du marché par le gouvernement Abdelilah Benkirane, en 2015, n’a pas eu les effets escomptés et a produit les résultats inverses. Bien que le gouvernement ait réduit son budget de compensation, cela s’est répercuté négativement sur le pouvoir d’achat des ménages, au grand bénéfice des compagnies distributrices du gasoil et d’essence, qui se sont prévalues de la libéralisation pour augmenter les prix, malgré la baisse des cours internationaux du pétrole. Ces dernières ont dégagé des profits colossaux, qui ont atteint plus de 17 milliards de dirhams, selon le rapport de la mission exploratoire. Une situation d'oligopole que le Conseil de la Concurrence n’a pas pu résoudre, après les multiples irrégularités qui ont compromis son enquête et entrainé, par conséquent, la démission de son ex-président Driss Guerraoui.

Rappelons que l’étude du « Moroccan Institute for Policy Analysis », intitulée « Caisse de Compensation : la Réforme inachevée » a conclu que le fiasco de la libéralisation du marché des hydrocarbures a été l’une des causes de l’échec de la réforme de la Caisse de Compétition.