L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Pfizer : Des scientifiques marocains mettent en garde contre la myocardite chez les adolescents


Rédigé par Kawtar Chaat le Mercredi 5 Janvier 2022

Jusqu'alors, de nombreux effets secondaires ont été rapportés après l'administration du vaccin contre le Covid-19. Alors que des cas de caillots sanguins suite à des injections d'AstraZeneca ont été largement rapportés, une étude marocaine récente a alerté contre les myocardites, des inflammations du muscle cardiaque, chez les adolescents immunisés avec Pfizer.



Après son efficacité inattendue dans les essais cliniques, l'ARNm de type vaccin anti-Covid-19 a été lancé le 11 décembre 2020, mais quelques mois plus tard, plusieurs rapports de myocardite post-vaccination ARNm ont été publiés, mais sans aucune preuve de lien de causalité. Le 31 août, le Maroc a élargi sa campagne de vaccination pour les jeunes de 12 à 17 ans à la veille de la rentrée scolaire. Dès lors, des effets secondaires ont été signalés.
 
Ainsi, l'étude intitulée « Choc cardiogénique révélant une myocardite après vaccination ARNm contre covid-19 : rapport de cas et bref bilan pour le premier cas au Maroc », a examiné le premier cas de myocardite chez un adolescent de 14 ans ayant reçu une dose d'un vaccin à ARN de Pfizer.
 
Menée par dix chercheurs de l’Université Mohammed 1er d’Oujda, l’étude montre que l'adolescent n'a aucun antécédent médical. Il a été admis aux urgences du CHU Mohammed VI en raison d'une fatigue extrême, de maux de tête et d'une fièvre de 40 °C résistante aux antalgiques habituels. Le patient a été admis en unité de soins intensifs. Compte tenu de son âge, des résultats de l'échocardiographie et du taux très élevé d'enzymes cardiaques, le diagnostic de myocardite a été suspecté puis confirmé par l'imagerie par résonance magnétique (IRM) cardiaque qui permet de visualiser les structures et le fonctionnement du cœur.
 
Les chercheurs indiquent que le patient a été vacciné 10 jours avant son hospitalisation. « A la lumière de cette expérience vaccinale et des examens cliniques et paracliniques, le diagnostic de myocardite post-vaccinale a été retenu, et un traitement par corticoïdes a été instauré », explique-t-on. Ses rédacteurs reconnaissent que « la myocardite post-vaccination est un événement rare, décrit dans certains vaccins comme le vaccin contre la variole ».
 
L'étude rassure toutefois que « la myocardite après vaccination est un événement rare, décrite dans certains vaccins comme le vaccin antivariolique », soulignant la nécessité d'une enquête plus approfondie sur les liens de causalité entre la myocardite et l'administration des vaccins à ARN messager.
 



Dans la même rubrique :
< >






🔴 Top News










 
Other