Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Pedro Benali : « Covid-19 a renforcé les liens collectifs des footballeurs d’après la pause »

Entretien


Rédigé par Rachid MADANI le Jeudi 8 Octobre 2020



Pedro Benali, l’entraîneur de l’IRT, vient de faire une sortie pour s’entretenir avec la presse après une longue absence. Il a révélé les scènes de la grande révolution qu’il a provoquée dans les résultats de l’équipe, après son retour de la pause, malgré l’épidémie du virus Corona .

Lors d’un long entretien, Pedro Benali a évoqué son désir de faire encore mieux avec ses poulains qu’il a qualifiés de vrais guerriers. Il a aussi regretté de n’avoir pas commencé la saison et sa préparation avec le club.

- La dernière victoire sur le MAT de Tétouan méritait-elle toute cette joie hystérique ?
- Toutes les victoires sont importantes, mais c’était différent, parce que c’était un match du classico ou de derby, et parce que c’était la première victoire dans notre stade après plus de 9 mois, et la première après le retour de la compétition.

- Cette victoire vous a-t-elle mis sur la voie de la survie ?
- La survie n’est pas encore garantie, il nous faut au moins une victoire sur les deux matches restants, afin d’éviter le jeu des calculs étroits, mais c’est une victoire morale qui a maintenu les joueurs dans le même niveau de confiance, qu’ils ont obtenu après la reprise de la ligue.

- Comment avez-vous gagné cette confiance ?
- De la coexistence avec les hommes au sens plein du terme. J’ai ressenti chez les joueurs du courage et une motivation, alors qu’ils insistaient pour surmonter toutes les formes de souffrance qu’ils avaient traversées.

- Quelles sont les caractéristiques les plus marquantes de cette souffrance ?
- Aucune équipe n’a souffert du Corona comme nous, nous avons regardé le reste des équipes jouer, et nous étions impuissants. Nous avons vu des gens se moquer de notre situation, certains d’entre eux ont dit que nous réclamions la blessure pour ne pas jouer, et d’autres ont dit que l’équipe partirait à cause de ces circonstances.

Tout cela s’est transformé en une augmentation qui a nourri les joueurs, alors ils se sont transformés en « monstres », et ont décidé de répondre après une convention collective sur le terrain.

- Comment était votre état mental après l’infection par Corona ?
- Dieu soit loué, j’ai une forte personnalité et une grande foi en Dieu, donc je n’ai pas montré ma faiblesse devant les joueurs, afin de leur transmettre force et confiance, ce que j’ai réussi dans une large mesure. J’ai enduré la quarantaine après avoir été séparé de ma famille, de ma mère et de mes deux fils en Espagne. Chaque fois que j’avais une perte d’odeur ou de goût, je ne transmettais pas ces symptômes aux joueurs, pour qu’ils ne s’effondrent pas.

- 8 matchs avec 16 points, comme les meilleures équipes de l’étape, auraitil été mieux si vous aviez reçu l’équipe tôt ?
- Avec un respect absolu pour ceux qui sont passés par l’équipe avant moi, si les préparatifs avaient commencé avec ma présence, la situation aurait été différente sans aucun doute. L’IRT se maintiendra chez les grands de la Botola Pro I , et la saison prochaine elle prouvera qu’elle ne mérite pas sa position actuelle, et nous concourrons, si Dieu le veut, pour les grades avancés. C’est une promesse de ma part.

- Que représente pour vous le titre «White Magician» ?
- Je suis heureux d’être appelé le « magicien blanc », en se référant à mon travail, cela signifie qu’il y a de la reconnaissance pour la tâche accomplie et les sacrifices... Je serai un magicien si Dieu m’aide à diriger cette équipe, et cette ville merveilleuse, pour le titre qu’elle mérite vraiment ...

- Il y a une harmonie claire entre vos joueurs et vous, quel est le secret ?
- Bien sûr, c’est la source de la force du club et de sa différence par rapport au reste de ses rivaux. J’ai brisé toutes les barrières avec les joueurs, les ai traités comme mes enfants, et je suis heureux et même fier de leur réponse à moi. Nous sommes devenus une famille et Corona a été une raison pour renforcer le lien collectif.

- Qu’est-ce que vous promettez aux fans de l’IRT ?
- Je leur promets que nous présenterons un jeu dont ils seront fiers, comme c’est le cas actuellement, que nous nous battrons pour rester parmi les grands, et que nous finirons les matchs restants de la saison sans défaite. Ainsi chaque supporter de l’équipe lèvera la tête haute, fier d’encourager l’IRT, qui représente l’une des plus belles villes du monde.

Rachid MADANI

 

  


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 22 Octobre 2020 - 09:50 Tennis : Trois lieux pour trois milieux...