Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Palestine : Un Palestinien tué et un autre en danger de mort


le Dimanche 25 Octobre 2020

Un palestinien a été tué par les forces israéliennes en Cisjordanie. Un autre se laisse dépérir par une grève de la faim qui dure depuis trois mois.



Palestine : Un Palestinien tué et un autre en danger de mort
L’agence de presse Wafa, citant des sources sécuritaires et médicales palestiniennes, a rapporté que des soldats israéliens avaient poursuivi Amer Abdul-Rahim Snobar, 18 ans, qui conduisait près du village de Turmus-Ayya au nord-est de la ville de Ramallah, l’ont attrapé et battu jusqu’à sa mort dimanche matin. La victime palestinienne était originaire du village de Yatma, près de la ville de Naplouse en Cisjordanie.

Les forces israéliennes exercent régulièrement la violence et ouvrent souvent le feu sur les Palestiniens.

Les groupes de défense des droits de l’homme ont critiqué à plusieurs reprises le régime de TelAviv pour avoir brutalement tué les Palestiniens qui ne posaient pas de menaces sérieuses aux Israéliens sur les lieux des attaques présumées.

Par ailleurs, dimanche, le Ministère iranien des affaires étrangères a attiré l’attention sur la condition critique du détenu palestinien Maher al-Akhras, qui refuse de se nourrir depuis près de trois mois.

«Pendant 3 mois, Maher alAkhras a été détenu sans aucune accusation. Malgré sa grève de la faim et son tollé international, le régime israélien a refusé de mettre fin à sa détention injustifiée », a tweeté le ministère. «Les occupants doivent mettre fin aux détentions arbitraires et le libérer ainsi que des centaines de Palestiniens détenus injustement.»

En détention sans inculpation ni jugement
Maher al-Akhras, 49 ans, du village de Silat al-Dahr en Cisjordanie, a été arrêté en juillet et placé en détention administrative sans inculpation ni jugement.

Immédiatement après son arrestation, le prisonnier a entamé une grève de la faim illimitée pour protester contre sa détention, qui pourrait être renouvelée pour des périodes indéfinies et est jugée illégale par le droit international. Selon l’agence d’espionnage israélienne Shin Bet, Akhras a été arrêté le 27 juillet sur la base d’informations selon lesquelles il était actif dans le groupe de résistance du Jihad islamique basé à Gaza.

Cependant, son épouse Taghreed a déclaré qu’il n’était militant dans aucun groupe et n’avait fait campagne que pour les droits des prisonniers palestiniens détenus par Israël. 

Elle a également noté que son mari ne boit que de l’eau et qu’il est désormais «trop faible pour parler».

Tasbeeh al-Akhras, l’une des six enfants du détenu palestinien, a déclaré que les médecins du centre médical israélien de Kaplan avaient averti la famille que son père était confronté à une défaillance d’organe et qu’il mourrait bientôt.

Seule alternative, la liberté
«Sa situation est critique, il souffre continuellement», ditelle. «Il a demandé à être transféré dans un hôpital palestinien pour pouvoir arrêter sa grève, mais les Israéliens ont refusé. La liberté est le seul moyen d’arrêter sa grève… Il devrait être avec nous.

Plus tôt ce mois-ci, l’avocat d’Akhras, Ahlam Haddad, a demandé à la Haute Cour d’Israël de le libérer, mais le tribunal a rejeté l’appel, acceptant seulement de ne pas prolonger sa détention administrative actuelle au-delà de la fin du mois de novembre.

«Il est en danger de mort subite qui pourrait survenir à tout moment maintenant», a déclaré Haddad au tribunal. «Il est en grève de la faim contre la détention administrative, au cours de laquelle le prisonnier et son avocat perdent tous les outils pour le protéger. Nous n’avons aucun accès aux informations confidentielles, aucune possibilité de contre-interroger la source de ces informations. »

Le groupe de défense des droits israélien B’Tselem a condamné la décision de la Cour comme étant «consternante» et s’appuyant sur «une solution juridique ambiguë».

«La grève [de la faim] a laissé al-Akhras au bord de la mort. Malgré son état désastreux, Israël insiste pour garder al-Akhras en détention », a-t-il déclaré dans un communiqué.