Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Palestine : Rien ne va plus entre l’Autorité et les Palestiniens en Cisjordanie


Rédigé par la rédaction le Dimanche 27 Juin 2021

Des manifestants ont affronté samedi les forces de sécurité palestiniennes en Cisjordanie occupée, au troisième jour de manifestations déclenchées après la mort d’un militant des droits humains détenu par l’Autorité palestinienne.



​Nizar Banat, un Palestinien de 43 ans, était connu pour ses vidéos postées sur les réseaux sociaux critiquant l’Autorité palestinienne, présidée par Mahmoud Abbas, qu’il accusait de corruption.Sa mort jeudi, quelques heures après son arrestation par les forces de sécurité palestiniennes, a suscité l’indignation en Cisjordanie où des manifestants ont appelé à la destitution du Président palestinien Mahmoud Abbas.

Samedi, quelques milliers de personnes sont descendues dans les rues à Al Khalil et dans la ville de Ramallah où siège l’Autorité palestinienne. La Commission indépendante des droits de l’Homme a condamné l’attaque des services de sécurité de l’autorité contre des manifestants dans la ville de Ramallah, samedi, en «utilisant des membres, certains en civil, et d’autres n’appartenant pas aux services de sécurité».

Selon un communiqué de la commission, « l’utilisation de forces en tenue civile et d’éléments extérieurs aux services de sécurité est un comportement dangereux pour la paix civile et contrevient aux recommandations des commissions d’enquête précédemment formées lors d’attaques contre des rassemblements pacifiques.

« Une mentalité totalitaire et répressive »

La même source a appelé à « la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées en lien avec la participation à la marche, le respect du droit des personnes de se réunir pacifiquement et d’expression d’opinion, et la fourniture d’une protection aux manifestants des éléments en civils qui travaillent clairement en coordination avec les services de sécurité ».

La commission a aussi appelé le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à «intervenir pour sauver la situation intérieure, qui devient de plus en plus dramatique et dangereuse, en prenant des mesures immédiates pour tenir pour responsables ceux qui ont causé la mort du militant Nizar Banat, et s’excuser et indemniser sa famille».

Les organisations palestiniennes de défense des droits humains et les journalistes ont condamné la répression par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne des manifestations en Cisjordanie occupée, en particulier dans la ville de Ramallah, dénonçant le meurtre du militant « Nizar Banat ».

Le Hamas a condamné la répression par les forces de sécurité de manifestants pacifiques dans la ville de Ramallah, qui sont sortis pour exiger une condamnation des responsables du meurtre de «Banat». Le mouvement a déclaré dans un communiqué que les scènes de répression, de persécution des journalistes, de passages à tabac et de harcèlement de militants, «expriment une mentalité totalitaire et répressive qui dirige les services de sécurité et conduit l’arène palestinienne vers plus de tension et de conflit».

Elle a ajouté que cette répression par des éléments en civil «est une tentative ouverte de créer des conflits et des confrontations qui constitueraient une grande menace pour l’unité du tissu social palestinien ».

Le mouvement Hamas a appelé à la poursuite du mouvement pacifique pour exiger que les auteurs du meurtre de Banat soient jugés pour leur forfait.

« Echec de l’Autorité à tous les niveaux »

Pour sa part, le mouvement du Jihad islamique a souligné que l’autorité ne représente plus le peuple palestinien, «mais s’oppose plutôt à ses espoirs, sa vie et sa dignité, que l’occupation piétine sans cesse». Le mouvement a souligné que la politique de l’autorité est le reflet de son échec à tous les niveaux, et que les masses ont le droit d’exiger la poursuite et le départ des corrompus.

Le Front populaire de libération de la Palestine a tenu la direction de l’Autorité palestinienne et les dirigeants des services de sécurité directement responsables de cette nouvelle attaque, qui a fait des dizaines de blessés et d’arrestations. Le Front a appelé les Palestiniens de toute la Cisjordanie à descendre dans la rue et à « exprimer leur rejet des pratiques des services de sécurité de la police envers notre peuple qui est sorti pour exprimer son rejet du crime d’assassinat ».

Fatah menace de sévir contre ceux qui outragent l’appareil sécuritaire

Le mouvement Fatah a publié une déclaration, dans laquelle il souligne que « L’establishment palestinien de la sécurité ne sera pas seul dans la bataille pour défendre notre peuple, ses droits et sa cause, et nous ferons face à toutes les tentatives visant à lui nuire et à déformer son image et exploiter cet incident pour répandre du poison, et nous frapperons d’une main de fer quiconque oserait s’attaquer aux éléments de l’appareil de sécurité ».

«Fatah» a confirmé dans sa déclaration qu’il «soutient la décision du gouvernement palestinien de former un comité d’enquête indépendant sur le décès du défunt Nizar Banat, tout en rejetant les tentatives de certains partis pour exploiter cet incident dans le but de provoquer des troubles dans la société palestinienne».

Dans sa déclaration, le mouvement a souligné qu’il «prendra toutes les mesures pour assurer la stabilité du système, l’état de droit, la protection des institutions et des biens publics et privés, et la liberté d’opinion dans le cadre de la loi».