L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





International

Palestine : Cinq anciens chefs de la diplomatie dénoncent l’apartheid israélien


Rédigé par L'Opinion Dimanche 30 Octobre 2022

Dans une Tribune publiée sur les colonnes du quotidien français «Le Monde», cinq MAE de pays européens, dont la France, accusent la communauté internationale de fermer les yeux face aux graves violations israéliennes du droit international.



Palestine : Cinq anciens chefs de la diplomatie dénoncent l’apartheid israélien
Cinq anciens ministres des Affaires étrangères ont accusé, ce jeudi, Israël d'avoir mis en place une politique "à l’encontre des Palestiniens équivalent au crime d’apartheid".

Dans la tribune publiée par "Le Monde", Mogens Lykketoft, ancien ministre des Affaires étrangères du Danemark et président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Erkki Tuomioja, ancien ministre des Affaires étrangères de la Finlande, Ivo Vajgl, ancien ministre des Affaires étrangères de la Slovénie, Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères de la France et Baroness Sayeeda Warsi, ancienne ministre du cabinet britannique et ministre du Foreign Office pour les Nations Unies, les droits de l’Homme et la CPI, rappellent tout d'abord la sensibilité de la communauté internationale à la guerre en Ukraine.

Les cinq signataires de la tribune notent, ensuite, que "la communauté internationale a trop souvent gardé le silence et n’a pas agi face à de graves violations du droit international et à l’impunité qui s’ensuivait," soulignant que "la sauvegarde de l’ordre juridique international implique l’application de principes de manière uniforme et cohérente".

"Les mêmes normes et la même volonté de protéger la population civile ukrainienne et de demander des comptes pour les violations du droit international commises par la Russie doivent être appliquées dans le monde entier, y compris dans le cadre du conflit israélo-palestinien", lit-on encore dans la tribune publiée par «Le Monde».
 
650.000 Israéliens dans des colonies illégales
 

Décrivant "l’illégalité et l’immoralité de plus de cinq décennies d’occupation" de la Palestine par Israël, les anciens chefs de Diplomatie notent que cette question "constitue l’épine dorsale de la politique européenne qui régit nos relations avec Israël", et rappellent que l’Union Européenne (UE) et ses États membres continuent de placer la solution à deux États, "fondée sur la souveraineté et l’égalité des Israéliens et des Palestiniens", comme pierre angulaire de leur politique au Moyen-Orient.

Les ex-ministres font, ensuite, état, de violations du droit international par les gouvernements successifs d'Israël, "y compris le gouvernement actuel".

Ils rapportent qu'Israël "a transféré des centaines de milliers de citoyens israéliens dans les territoires occupés" et qu'actuellement "plus de 650.000 Israéliens vivent dans des colonies illégales en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est". Ils notent également que ces colonies "sont établies dans des zones qui fragmentent intentionnellement la population palestinienne en enclaves déconnectées, érodant la viabilité d’un futur État palestinien".

Une répression structurelle infligée aux Palestiniens
 
Les signataires indiquent qu'un "système juridique à deux vitesses est en place, avec des droits inégaux entre les Palestiniens vivant sous le régime militaire et les Israéliens vivant sous le régime civil israélien", faisant état de "répression structurelle [...], restrictions de mouvement, confiscation des terres, démolitions de maisons, surveillance et violations des droits civils fondamentaux, notamment la liberté d’expression et de réunion", infligées aux Palestiniens.

Les cinq ministres décrivent également "une augmentation significative de la gravité et de la fréquence des violences commises par les colons à l’encontre des communautés palestiniennes, et cela en toute impunité", avant de faire une liste de crimes commis par l'État d'Israël et les colons israéliens.

"Un nombre croissant d’organisations israéliennes et internationales de défense des droits humains se sont jointes à la société civile palestinienne pour conclure que le système israélien de répression contre les Palestiniens, en particulier dans les territoires occupés, équivaut à de l’apartheid", ont estimé les signataires de la Tribune.

 


Un israélien tué dans une opération de résistance à Al Khalil
 
Un Israélien a été tué et trois autres blessés, dont un grièvement, samedi soir dans une attaque à l'arme à feu perpétrée par un palestinien près de l'implantation de Kiryat Arba, dans la région de D’al Khalil.

Le Palestinien a ensuite été percuté par un agent de sécurité en voiture et abattu par un soldat qui n'était pas en service.

La personne décédée est un Israélien de 60 ans qui a succombé à ses blessures peu après son admission à l'hôpital. L'homme faisait des courses dans une épicerie palestinienne, entre Kiryat Arba et Al Khalil, avec son fils quand il a été touché.

L'homme grièvement blessé a été touché alors qu'il arrivait sur les lieux pour aider les autres victimes: deux Israéliens - âgés de 19 et 49 ans - et un passant palestinien, tous légèrement blessés.

La fusillade s'est produite près de l'entrée de la grande colonie israélienne de Kiryat Arba.

Un agent de sécurité est alors arrivé sur les lieux et a percuté le tireur avec sa voiture, avant qu'un soldat hors service ne l'abatte, selon les images de vidéosurveillance de l'incident.

Le Palestinien présumé auteur de l’opération a été identifié par les médias palestiniens comme étant Muhammed Kamel al-Jabari, membre du groupe Hamas.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 5 Février 2023 - 16:32 USA-Chine : Les ballons de la discorde







🔴 Top News