Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

PE : Une résolution pour dénoncer le détournement de l'aide humanitaire par l'Algérie et le polisario


Rédigé par S.J le Jeudi 9 Juillet 2020

Des députés européens viennent de déclencher le mécanisme de saisine officielle du Parlement européen au sujet du détournement de l’aide humanitaire destinée aux populations séquestrées à Tindouf.



Un projet de résolution a été déposé, ce jeudi, dénonçant la poursuite de cette fraude et appelant à un audit de l’aide européenne détournée par le polisario et l’Algérie. Il rappelle qu’un rapport de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) rendu public en 2015 «constatait des détournements de l’aide humanitaire octroyée par l’Union européenne au polisario, notamment pour les besoins d’achat d’armements, ladite aide s’élevant à 105 millions d’euros entre 1994 et 2004». La résolution du Parlement européen relève également que «l’Algérie aurait prélevé une taxe de 5 % sur cette aide et aurait refusé des demandes de recensement des réfugiés formulées par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en 1977, 2003, 2005 et 2015».
 
Elle réclame de ce fait à l’Union européenne «d’œuvrer conjointement avec l’Organisation des Nations unies pour superviser un recensement des réfugiés des camps de Tindouf en collaboration avec les autorités compétentes en Algérie». La résolution demande également à l’UE d’auditer l’utilisation de l’aide humanitaire européenne par le polisario depuis 2015.
 
Rappelons que lors d’une audition du Commissaire européen chargé de la Gestion des Crises Janez Lenarcic, tenue la semaine dernière au Parlement européen à Bruxelles, la Commission DEVE a suivi l’intervention de l’eurodéputée Dominique Bilde dénonçant la poursuite du détournement de l’aide humanitaire européenne par le polisario et l’Algérie et réclamant une enquête sur cette fraude.
Cette dernière avait dénoncé qu’une partie de l’aide humanitaire serait «revendue pour aider à l’achat d’équipement militaire, comme, pour ne citer que ça, des chars d’assaut et des missiles et le nombre des réfugiés serait largement surévalué afin de capter davantage de subsides». Elle avait également déploré que les séquestrés des camps de Tindouf «subissent pendant ce temps les pires abus auxquels s’ajoute la crise du Coronavirus sur laquelle le polisario entretient l’omerta totale».


  


Dans la même rubrique :
< >