Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Nizar Baraka à la Fondation Fqih Tetouani : « il est temps d’activer le fonds Zakat »


Rédigé par Safaa KSAANI le Jeudi 30 Avril 2020

Mercredi soir, à 22h00, Nizar Baraka, Secrétaire Général du Parti de l’Istiqlal, était l’invité de l’émission tenue à distance « Partis politiques face aux questions d’actualité», organisée par la Fondation FKih Tetouani.



M. Nizar Baraka, répondant aux questions des intervenants
M. Nizar Baraka, répondant aux questions des intervenants
Le Secrétaire Général du Parti de l’Istiqlal (PI), Nizar Baraka, était sollicité dans cette émission, pour dévoiler le programme du parti lors de l’état d’urgence sanitaire, ses recommandations, ses contributions sur le terrain et sa vision de l’après-crise Coronavirus.

Plusieurs journalistes et chercheurs en sciences politiques et économiques se sont relayés pour adresser à M. Baraka des questions d’ordre économique, social et politique.

Au début de son intervention, le S/G de l’Istiqlal n’a pas manqué d’exprimer sa fierté quant aux résultats enregistrés dans notre pays au cours des dernières semaines, et ce, grâce aux initiatives royales proactives et inclusives, en raison de leur approche aux dimensions souveraine, stratégique, sociale et économique, grâce aussi à l’éveil de la conscience civique des citoyens, qui ont fait preuve de responsabilité et de solidarité.

Bien que la situation de la crise sanitaire soit relativement contrôlée, et que le nombre des victimes du Covid-19 ait considérablement chuté, le Maroc n’est pas encore sorti de la crise sanitaire. Ainsi, M. Baraka invite les citoyens à continuer à respecter les mesures du confinement.

Le S/G du Parti de l’Istiqlal a fait savoir que de grands défis nous attendent au niveau des finances publiques, de l’économie, de la compétitivité, du chômage et de la pauvreté, qui fléchiront lors et après cette crise.

Pour pouvoir l’emporter sur ces défis à la sortie de cette crise « nous devons changer notre vision du modèle de développement et des politiques publiques. D’un autre côté, de nombreuses opportunités d’investissement se présentent à nous, qu’il faudra saisir », précise-t-il.

Projet de loi 22.20 sur les réseaux sociaux

Parmi la multitude de sujets abordés, M. Baraka a d’abord été questionné sur sa lecture et son évaluation du projet de loi 22.20 sur les réseaux sociaux.

 « Le Maroc a évolué en termes de libertés d’expression, lesquelles ont été consolidées par la Constitution de 2011. Il faut savoir que le PI était derrière la promulgation du dahir des libertés publiques, en 1958. Notre Parti ne peut que rejeter catégoriquement cette loi pour plusieurs raisons. Nous ne pouvons pas défendre, d’un côté, le droit à la vie, et bannir, de l’autre, les libertés d’expression. Nous n’acceptons pas également l’atteinte aux droits des consommateurs quant au choix des produits de consommation, conformément à la loi 31-08 relative à la protection du consommateur », a-t-il martelé.

Répondant à une question sur les mesures à prendre pour sortir de cette crise, M. Nizar Baraka pense que tous les pays doivent opter pour la politique de la relance pour s’en sortir.

« Devrons-nous continuer à mettre en œuvre les politiques actuelles, ou bien construire de nouvelles politiques garantissant la diminution des différences sociales et territoriales ? », a-t-il poussé la réflexion.

Concernant les Très petites et moyennes entreprises (TPME), M. Baraka plaide pour leur accorder plus d’attention et d’encouragements financiers. Ainsi, il a appelé à l’extension de la garantie « Damane Oxygen » fixée actuellement à trois mois. 

« Concernant les sources de financement, je crois qu’il est temps d’activer le fonds Zakat au moyen terme. A l’occasion de ce mois sacré de Ramadan, j’invite les citoyens à faire don de la Zakat à ce fonds spécial, pour venir en aide aux Marocains atteints économiquement et socialement par cette crise sanitaire planétaire », a-t-il proposé en réponse à une autre question portant sur les sources de financement.

Un nouveau contrat social

M. Baraka a affirmé que la réunion consultative, tenue à distance par le chef du gouvernement, le 22 avril 2020, avec les dirigeants des partis représentés au Parlement, est une introduction positive à l’activation des mécanismes de dialogue politique entre le gouvernement et les partis. 

« Nous avons dépassé l’idée de la constitution d’un gouvernement d’unité nationale et territoriale, pour arriver à une unité étatique pour vaincre dans cette bataille. Nous croyons fort que la Majorité et l’Opposition sont essentiels pour une bonne démocratie. Aujourd’hui, nous proposons une autre solution : travailler ensemble sur un nouveau contrat social, puisque les priorités et les défis ont changé actuellement », invite-t-il les autres partis politiques.

« Les leçons à tirer de cette crise sanitaire est que l’union et la confiance sont les principaux moteurs de la réussite du modèle marocain. Il faut, en outre, encourager les jeunes qui ont fait preuve de responsabilité et de créativité », conclut-il.

Safaa Ksaani

 

Extrait de l'intervention du S/G du Parti de l'Istiqlal : 
https://www.facebook.com/PartiIstiqlalPageOfficiel/videos/1079143305791673/