Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Nagorny-Karabakh : Les confrontations dégénèrent


le Lundi 28 Septembre 2020

Avec des dizaines de morts dont plusieurs civiles de part et d’autre, la guerre repart-elle de plus belle au Karabakh ?



Nagorny-Karabakh : Les confrontations dégénèrent
Au moins 16 soldats séparatistes supplémentaires de la région du Nagorny Karabakh ont été tués dans les combats avec l’Azerbaïdjan, portant à 32 le bilan des militaires tués, a indiqué lundi le ministère de la Défense de cette province sécessionniste soutenue par l’Arménie.

Cinq civils azerbaïdjanais et deux civils arméniens du Karabakh ont également succombé aux combats Les autorités de l’administration séparatiste arménienne appelée la république du «Haut-Karabakh» ont déclaré que 16 membres de ses forces avaient été tués et plus de 100 blessés à la suite des bombardements aériens et d’artillerie des forces azerbaïdjanaises dimanche matin sur des zones de la région contestée.

Les deux parties ont annoncé des pertes civiles et militaires, et le porte-parole du ministère arménien de la Défense a déclaré que les forces régionales «ont tué environ 200 soldats azéri et détruit 30 barres d’artillerie ennemies et 20 drones».

Le bureau du procureur azerbaïdjanais a déclaré que 5 membres d’une même famille avaient été tués dans l’attentat des forces arméniennes.

Les affrontements, que l’Azerbaïdjan et l’Arménie se rejettent la responsabilité de leur déclenchement, sont les affrontements les plus violents entre eux depuis 2016 au Haut-Karabakh, qui est situé à l’intérieur des terres azerbaïdjanaises mais où vit la majorité des Arméniens, ce qui renouvelle les inquiétudes quant à la stabilité dans la région du Caucase du Sud, qui est un couloir de pipelines qui transportent. Pétrole et gaz vers les marchés mondiaux.

Domination de l’Azerbaïdjan

L’Azerbaïdjan a déclaré qu’il avait pris le contrôle de 7 villages. Aryk Artunyan, président de la République non reconnue du Haut-Karabakh, a reconnu le contrôle de l’Azerbaïdjan sur certains sites de la région. Les autorités de Bakou ont déclaré avoir pris le contrôle du mont Morovdag, qui est une région stratégique entre l’Arménie et la région.

Plus tôt dimanche, le parlement azerbaïdjanais a approuvé la déclaration de l’état de guerre dans certaines villes et régions, à la suite d’affrontements aux frontières avec l’Arménie, et le parlement a imposé la loi martiale dans les zones d’affrontements.

Le chef de la soi-disant «République du Haut-Karabakh» a déclaré l’état de guerre et de mobilisation générale sur tout le territoire de la région. Il a déclaré lors d’une session d’urgence du Parlement dans la capitale provinciale, Stepanakert (Khankendi, selon son nom azerbaïdjanais) qu’il avait décidé de déclarer la loi martiale et de mobiliser tous les hommes valides de plus de 18 ans.

Alors que le ministère azerbaïdjanais de la Défense accuse l’armée arménienne d’avoir déclenché les hostilités, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a déclaré que l’Azerbaïdjan avait déclaré la guerre à son peuple, n’excluant pas que l’escalade dans la province contestée dépasserait les frontières de la région et menace la sécurité internationale.

Pashinyan a critiqué la Turquie, qui soutient l’Azerbaïdjan dans cet ancien conflit, et a déclaré que «le comportement de la Turquie est lourd de conséquences dévastatrices pour le sud du Caucase». Le responsable arménien a exhorté la communauté internationale à veiller à ce qu’Ankara n’interfère pas dans le conflit entre Bakou et Erevan sur la région du Haut-Karabakh depuis 1991.

Efforts internationaux

Dans un souci d’éviter que les affrontements ne dégénèrent en une guerre totale entre les deux parties, les appels et les contacts internationaux s’accélèrent pour désamorcer l’escalade militaire dans la région du Haut-Karabakh.

Le président américain Donald Trump a déclaré que son pays chercherait à mettre fin aux violences qui ont éclaté entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

«Nous avons beaucoup de bonnes relations dans ce domaine. Nous verrons si nous pouvons l’arrêter», a déclaré Trump lors d’une conférence de presse dimanche soir. Le département d’État américain a exhorté les deux parties à «cesser immédiatement les hostilités».

Le secrétaire d’État adjoint américain Stephen Bigan a appelé les deux parties à « cesser immédiatement les hostilités et à utiliser les canaux de communication directe existants pour éviter une nouvelle escalade et pour éviter des situations et des actions inutiles», selon un communiqué du Département d’État.

  


Dans la même rubrique :
< >