Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Mounir Ferram : « L’écriture est consubstantielle à une forme de remises en question nécessaires à notre équilibre humain »

Entretien avec Mounir Ferram, Directeur Exécutif de l’ASMEX


Rédigé par Safaa KSAANI le Jeudi 24 Décembre 2020

Le Directeur Exécutif de l’ASMEX aime raconter des histoires et qu’elles soient lues. Il vient de publier son quatrième roman “Quand plus rien ne te retient”.



Mounir Ferram
Mounir Ferram
- Qu’est-ce qui vous a inspiré pour écrire votre quatrième roman, psychologique cette fois-ci, et comment avez-vous vécu cette expérience ?
- Ce livre est le quatrième ouvrag e que je publie. Il traite comme chacun des précédents d’un e thématique spécifique insp irée de la vie de tous les jour s ou d’un fait qui interpell e notre conscience. L’écriture peut être aussi l’effet d’une rémi niscence, d’un destin collect if. « Quand plus rien ne te r etient » relate le vécu d’un étud iant de condition sociale modeste, confrontant des situation s complexes quelquefois dénu ées de toute humanité : le m épris, l’incompréhension, l’injustice et l’hypocrisie d’une soci été d’apparats. À tout moment , des questionnements prof onds et amers l’assaillent : co ntinuer à croire en son espo ir ou céder ? Vivre ici ou aill eurs ? Parfois juste oublier momentanément, afin d’échapper au désespoir… J’ai vécu cette expérience d’écriture dans des logiques de symbiose et de déta chement. Les deux sont essentielles à l’écriture. Le recul est incontournable pour parvenir à ce fond commun qui nous lie tous dans notre quête d’un sens à nos vies.

- Que représente pour vous le personnage principal de votre nouveau roman ?
- Il s’agit d’un personnage issu d’un contexte social traumatisant et démuni. Son parcours consiste à surmonter des obstacles multiples, à lutter pour poursuivre son cheminement car il n’a pas d’autres issues que de s’en sortir. Beaucoup d’ét udiants affrontent cette situation et n’ont pas d’autres alternatives pour quitter leurs conditions, fuir le dénuement que de se battre pour réussir, s’insérer socialement et vivre dignement…

- Quelle est la place de la sociologie dans votre œuvre ?
- La sociologie est incontournable comme source de connaissance et de compréhension des conditions humaines, des formes de limitations et d’oppressions qu’elles peuvent imposer. Toutefois, il n’y aucunement de fatalité ni de déterminisme. La volonté humaine est plus forte et capable de relever plusieurs défis…

- D’où est née votre passion pour l’écriture ?
- L’écriture est une passion pour moi. Elle est consubstantielle à une forme de vivre librement, de doute et de remises en question nécessaires à notre équilibre humain. J’aime à ce sujet rappeler l’expression d’Henri Michaux : « J’écris pour me parcourir. Peindre, composer, écrire : me parcourir. Là est l’aventure d’être en vie ».

Recueillis par Safaa KSAANI

Portrait

Engagé avec passion et enthousiasme
Mounir Ferram est un éternel amoureux des mots. Passionné par l’écriture, il tente de déchiffrer, dans l’altérité et la différence des cultures, la vie dans ses multiples expressions humaines. Une quête, certes troublante mais captivante qu’il mène, avec passion, depuis des années. L’actuel Directeur Exécutif de l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX), organisme dédié à la promotion des exportations et de l’investissement, a eu son Doctorat en Sémiologie du texte et de l’image en 1995.

L’Ex-directeur général délégué de la Confédération Générale des Entreprises Marocaines (CGEM) a dirigé plus de 250 recherches et études sur l’analyse des marchés et l’élaboration de stratégies, la gestion et le marketing. De plus, il est intervenant à plusieurs instituts, dont l’Institut des Cadres Supérieures de Vente (ICSV) à Paris, et l’Institut Universitaire de Technologie René Descartes, Paris V.  

Il a également organisé des rencontres, des débats et des forums dont le Forum Maroc Pluriel, entrepreneuriat et investissements entre le Maroc et la France à l’hôtel Méridien, Porte Maillot à Paris…

Le chercheur universitaire est par ailleurs conférencier, animateur de conférences et de rencontres nationales et internationales pour des organismes et entreprises de renom.
S. K

Repères

25 ans d’inspiration et d’imagination
Après son premier recueil de poésie baptisé du nom de : « Ivresse des nuits » publié par les Editions Saint-GermainDes-Prés en 1995, Mounir Ferram renoue avec sa passion, en publiant en 2009 « Les racines de l’espoir », autre recueil mais cette fois-ci de nouvelles, publié dans les Editions L’Harmattan. “A Zagora”, publié aux Editions de l’Oliveraie, arrive en librairie en 2012. Cette année, “Quand plus rien ne te retient” voit le jour.
« Quand plus rien ne te retient » : Synopsis
C’est l’histoire de “Mounir”, qui est confronté à la dureté de la vie, à l’incompréhension des siens et parfois à leur mépris, Mourad, jeune étudiant, lutte pour la préservation de sa dignité et de ses rêves… Les jours se succèdent en combats qu’il mène assiégé par une inquiétude atroce : risquer, à tout moment, de céder. L’amour, la passion humaine des choses, parfois si simples et injustement inaccessibles, ravivent son espoir. Jusqu’au moment où il a fallu trancher : partir ou rester ? Je « préfère vivre avec des doutes qui me rapprochent plus de mon être que de certitudes qui m’en éloignent. Je pars sans regrets, sans peur aucune. Surtout quand je regarde derrière moi : que des chagrins et des douleurs »…