Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Mission française : les parents d’élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité


Rédigé par Anass Machloukh le Vendredi 25 Septembre 2020

Rencontrant des difficultés financières à cause de la crise liée à la pandémie de la Covid-19, plusieurs parents d’élèves des écoles françaises au Maroc n’ont pas encore régler leurs dus, ces derniers ont obtenu un échelonnement de paiement des frais de scolarités...mais sous conditions !



Mission française : les parents d’élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité
Après avoir tenu une réunion avec les responsables du pôle de l’enseignement français au Maroc, l’Association des parents d’élèves de l’enseignement français au Maroc (APEEF) a pu obtenir une concession. Il s’agit d’un échelonnement de paiement des frais de scolarité en faveur des familles qui ne se sont pas acquittés de leurs dus vis-à-vis des établissements scolaires, précise l'association dans un communiqué.

Toutefois, cette concession est limitée à trois catégories à savoir les familles qui leur reste uniquement le troisième trimestre à payer, les familles dont la cause du rejet du dossier de bourse est un manque de documents et celles qui sont en cours de processus d’obtention d’une remise gracieuse.

Ainsi, seules les familles qui entrent dans les catégories mentionnées pourront bénéficier du report de paiement des frais d’inscription, « le pôle projette d’engager la procédure d’exclusion à l’encontre des familles qui ne rentrent dans aucune des trois catégories précédentes », précise l’APEEF.

Les familles ne bénéficiant pas de cette dérogation risquent de voir leurs enfants exclus de leurs établissements en cas de non-paiement. L’APEEF a ainsi appelé au réexamen des dossiers pour éviter toute expulsion qui serait préjudiciable pour les élèves. L’APEEF soutient que le montant d’impayés cette année, pour le pôle de Casablanca-Mohammedia, s’élève à 4,2 millions de DH, un montant nettement supérieur à celui de l’année dernière qui était de 250 000 DH.

Rappelons que la question du paiement des frais de scolarité dépasse l’enseignement français pour toucher l’enseignement privé en général, plusieurs familles marocaines ont eu des ennuis avec les écoles privés à cause des frais de scolarité, qui n'ont  pas manqué de prendre parfois des tournures judiciaires.