L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Migration clandestine : il est temps de partager le fardeau !


Rédigé par Anass MACHLOUKH le Lundi 22 Mai 2023



Migration clandestine : il est temps de partager le fardeau !
L’Europe reste encore le rêve de milliers de personnes qui sont prêtes à risquer leur vie pour vivre « The European Dream ». Il relève donc de l’évidence que le vieux continent ne saurait se passer du concours des pays du voisinage, dont le Maroc qui continue loyalement à repousser les flux ininterrompus des migrants clandestins loin de Sebta et Melillia, conformément à ses engagements.

Toutefois, la tâche, aujourd’hui, ne cesse de se compliquer du moment que les flux d’immigrants à destination de l’Europe continuent dans leur tendance haussière et les vagues migratoires deviennent de plus en plus violentes. En témoigne le drame de Nador où les forces de l’ordre ont dû faire face à des hordes armées qui ont agi avec une violence inouïe. Depuis lors, les coups de force migratoires se répètent et le modus operandi évolue vers plus d’agressivité.

Face à cette escalade, il serait naïf de penser qu’un pays seul pourrait entraver les vagues humaines successives. Même si le Maroc a pu faire reculer 80% des flux clandestins au premier trimestre de 2023, le défi reste d’autant plus grand que les autorités marocaines tirent la sonnette d’alarme en réclamant une action multilatérale pour lutter plus durablement contre ce phénomène endémique. Telle est la conviction du ministère de l’Intérieur qui a reconnu clairement, dans une réponse écrite à l’opposition parlementaire, que le Maroc ne saurait vaincre unilatéralement la migration clandestine.

Un message clair à nos voisins occidentaux qui envisagent toujours de sous-traiter la surveillance de leurs frontières à l’étranger en échange de quelques timides allocations financières. Sauf que la mission n’est pas aussi simple que ce qu’elle paraît.

Garder les frontières de l’Europe est donc un défi commun qui nécessite une réponse commune. La sonnette d’alarme tirée par les autorités marocaines ne devrait pas manquer d’avoir un écho favorable en Espagne, le pays le plus concerné, maintenant que les relations bilatérales sont excellentes et que le gouvernement de Pedro Sanchez réalise l’ampleur du défi auquel le Maroc est confronté.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Mars 2024 - 15:47 Démocratie partisane dans l’ADN !






🔴 Top News