Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Messi étrille Eibar et le Barça se revigore avant Naples

Espagne


Rédigé par la rédaction le Lundi 24 Février 2020

La course en tête de Liga risque de continuer longtemps, bien après le clasico de dimanche qui devrait déjà donner une tendance



La meilleure des réponses: secoué par un scandale extra-sportif cette semaine, le Barça a étrillé Eibar 5-0 samedi pour la 25e journée de Liga grâce notamment à un quadruplé de son héros Lionel Messi, et se revigore avant Naples en Ligue des champions, mardi.

Messi, qui d'autre? Après quatre matches et 388 minutes sans marquer, et une semaine agitée, le sextuple Ballon d'Or Lionel Messi a relancé le FC Barcelone grâce un quadruplé (14e, 37e, 40e, 87e), son 5e en Liga, réalisé presque exclusivement sur des exploits individuels, avant le dernier but d'Arthur (89e).

La réaction idéale, à trois jours du déplacement à Naples pour le 8e de finale aller de Ligue des champions (mardi 20h00 GMT) et à une semaine du clasico de Liga chez le Real Madrid (le 1er mars à 20h00 GMT), repassé provisoirement deuxième du championnat à deux points derrière les Blaugranas (55 pts) avant son déplacement à Levante samedi soir (20h00 GMT) en Liga.

La "Pulga" (puce, en espagnol) a de larges épaules: visé parmi d'autres joueurs du Barça par la campagne calomnieuse sur les réseaux sociaux de l'entreprise I3 Ventures, avec qui le FC Barcelone a coupé les ponts mardi, et après avoir soutenu que le Barça doit progresser car "aujourd'hui, (il) ne peut pas lutter pour la Ligue des champions", Messi s'est comporté en véritable capitaine samedi en portant les siens sur le terrain, qui ont retrouvé une certaine complicité dans le jeu court.

"Cela fait 14 ou 15 ans qu'il fait ça, et il va continuer à le faire. (...) Il est toujours là. Si ce n'est pas avec des buts, c'est avec des passes. C'est pour ça qu'il est le meilleur joueur du monde, parce qu'il résout des situations que les autres ne peuvent pas résoudre", l'a encensé son entraîneur Quique Setién après le match.

"Tu nous fais souffrir, tu nous tiens tête. Mais on ne peut rien faire d'autre que se lever et t'applaudir", a même salué le club basque d'Eibar sur Twitter.

Le FC Barcelone a retrouvé des couleurs, mais le match aurait pu prendre une autre tournure: Eibar, à la lutte pour le maintien (16e provisoire), a vu deux de ses buts annulés (5e, 64e), et un coup franc dangereux de Cote (62e) dans les bras de Marc-André ter Stegen aurait pu apporter un bémol au récital de Messi.

Mais il n'en a rien été. Avec ces quatre buts, l'Argentin tient plus que jamais les rênes du classement des meilleurs buteurs de Liga (17 réalisations), quatre longueurs devant le Français Karim Benzema (13 buts avant le match à Levante, samedi soir).

Et son beau quadruplé a quelque peu éclipsé la bronca du Camp Nou, qui a agité des mouchoirs au coup d'envoi pour protester à sa manière contre le président Josep Maria Bartomeu et la direction du club, ainsi que l'entrée en jeu de la recrue danoise Martin Braithwaite, présenté jeudi en Catalogne, entré en jeu à la 72e minute et auteur de la passe décisive sur le dernier but de Messi.