L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
Culture

Magazine : Soyons fous, aimons l’art


Rédigé par Anis HAJJAM le Dimanche 26 Juin 2022

Maintenant que la saison chez les galeristes s’achemine vers l’arrêt d’activité et que le Maroc organisait le 22 juin la Nuit des musées et des espaces culturels, faisons un tour d’horizon de quelques coups de coeur de l’année. Plusieurs expressions s’y mêlent. Le choix, lui, est consciencieusement subjectif.



Les constellations de Saïd Afifi
L’artiste quitte la Terre pour la scruter en plongée. Il frictionne sa tête d’étoiles et envoie de curieuses ondes à la planète qui le contient depuis près de quatre décennies. Il se rue sur Google Earth pour s’ouvrir un boulevard aérien sur le monde. Des vues qu’il transforme en caresses administrées avec la délicatesse d’une femme désappointée. Il redessine et peint ce que la nature laisse comme espace pour la création.

En intitulant cet agrégat d’oeuvres «Les constellations de la Terre», Saïd Afifi renvoie à la science sa copie, lui signifiant que cette Terre constelle bel et bien lorsqu’on sait la lire… S’armant des avancées technologiques, il remet les pendules à leurre. Tel un pays qui déclassifie des dossiers sensibles restés longtemps secrets, Afifi s’engage à démystifier des prises de vues livrées comme réalités réelles en les triturant sans retenue, avec art. Et puis, nous ne savons pas trop ce qui nous emballe ou intrigue dans la particularité de cette approche. C’est, profondément, tout son intérêt.

 
Le dream de Benbouchta et Selfati
Quelle rupture configurent ces deux artistes ! Rupture avec eux-mêmes, rupture avec le conventionnel, rupture avec l’art tel édicté, rupture avec l’émotion aplatie jusqu’à la béatitude. Un duo-couple où la malice créative fait sourdement du bruit. Une fusion que l’apriori ne semble pas leur donner raison, à elle comme à lui. Mais voilà, ils séduisent comme humains, troublent comme agitateurs. L’une à côté de l’autre, l’une sur l’autre, l’une dans l’autre et l’oeuvre globale s’exprime à voix haute, à résonnance inédite.

L’aimant repoussant du départ se traduit par un rapprochement insoupçonné, celui de la recherche de l’entente qui traverse de longs moments de tâtonnements. Deux univers que seule l’ouverture vers l’autre est capable de marier. Deux univers aussi distincts que communs. La force de dire ou de suggérer est quasiment identique, l’un dans sa redoutable forêt, l’autre dans une douce violence. A partir de cette fragilité partagée, on peut décliner et enfanter, créer et «déranger». Amina Benbouchta et Ilias Selfati, une aventure à futurs rebonds…

 
« Horiezontalisme » d’un Collectif
Un manifeste autour de l’art est toujours un évènement. D’autant que nous y sommes conviés que rarement. Les années passent et les préoccupations évoluent. Ici, à travers «Horiezontalisme», nous sommes «confrontés» à une autre lecture de l’art entre peinture et vidéo. L’art contemporain dans ses différentes dimensions. Une exposition d’oeuvres inédites peintes ou filmées.

Sept artistes s’y déploient, les uns ironisant, les autres évoquant des situations qui frôlent la dramaturgie. Parmi ces empêcheurs de tourner en rond, Amina Benbouchta, Mohamed El Baz, Simohammed Fettaka, Youssef Ouchra et le maître de cérémonie YounessAtbane. Laissons à présent parler le manifeste, texte cogité par le plasticien-chorégraphe Atbane et le chimiste-metteur en scène Henri Jules Julien.

 
« Informe » d’Ibn El Farouk
C’est à partir de la lumière qu’on s’aventure à tamiser ce qui éblouit. Et c’est le jaillissement sans forme aucune qui prend forme. Du coup, on s’évertue à regarder entre les lignes. Le travail d’Ibn El Farouk serait-il une menace de mort adressée à la photographie ambiante, à cette même photographie « classique » qui subit depuis bail de troublantes destructions techniques ? C’est à en rire, puisque quand on décide d’exécuter une cible, on ne l’informe pas du forfait, on le réalise. Ibn El Farouk choisit d’exécuter des transformations avec de stupéfiantes intrigues. « Informe » est structurellement difforme, subtilement difforme. Et c’est ce qui rend l’artiste-photographe bouleversement fébrile lorsqu’il est invité à phraser sur ses oeuvres.

Deux techniques, deux approches et c’est parti avant qu’il ne tousse pour ensuite repartir. Oui, il est passionné, oui il l’exprime avec forte exubérance. Et pour cela, il a de quoi plaider. Il déshabille le cliché pour plus tard le draper de multiples abstractions. Il est certainement le seul à pouvoir flirter avec la raison, la pure sienne.

 
L’« Ici et maintenant » de Mohamed Hamidi
Il y a un bel étourdissement et on ne sait à quel sein se vouer. Cette assertion serait-elle vierge d’arrières pensées ? Voire… Mohamed Hamidi demeure une belle brèche dans notre quotidien tumultueusement repli sur le ça et le moi. Ce tumulte s’inscrit dans le conservatisme démoli, dans le non-dit rageusement déconstruit. Hamidi est là pour tout nous dévoiler, d’une main de maître, d’une approche composite, d’un bouillonnement mêlé. Aucune inadvertance ne s’en dégage. Il est ce résistant qui agit sans jamais se subvertir. Et cela dure depuis une soixantaine d’années. Sans véritable discontinuité. Lorsqu’il «écrit» une oeuvre, les esprits se lèvent. C’est, finalement, à une idée de l’art qu’il nous invite à croire.

Quoique pour l’actuel accrochage, fruit d’une résidence à la Galerie 38, des panneaux découpés investissent une «ruelle» de l’espace prenant l’allure d’un boudoir, la scénographie les empêchant de se faufiler entre fresques et sculptures, les léguant à leur propre sort. Ainsi va «Ici, et maintenant», la couleur trônant avec majesté. Mohamed Hamidi ne cesse de flirter avec cet érotisme à l’esthétique caressant nonchalamment l’âme. Une poésie désarmante se dégage d’oeuvres méticuleusement suggestives. Elle vous tient pour ne plus vous lâcher. Ca versifie, ça prose, ça ankylose.




Anis HAJJAM



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News