Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Lutte contre la traite des êtres humains : Bouayach appelle à la mise en œuvre d’une stratégie nationale


Rédigé par N.L le Dimanche 2 Août 2020

A l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains célébrée tous les 30 juillet, Amina Bouayach, présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) a souligné les contributions des personnes qui sont aux premiers rangs dans la lutte contre ces crimes.



Amina Bouayach, présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH).
Amina Bouayach, présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH).
Intervenant lors d’une conférence à l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains, la présidente du CNDH a appelé à l'élaboration rapide d'une stratégie nationale de lutte contre ce genre de crimes et à consacrer une tradition nationale pour honorer tous ceux qui travaillent sur le front pour mettre fin à cette violation flagrante des droits de l'Homme et reconnaître l'importance de leur rôle.

Amina Bouayacha a également averti que la situation actuelle rend impératif d'accélérer l'élaboration d'une stratégie nationale de lutte contre cette grave criminalité, selon une approche participative ouverte à tous les acteurs.

Aussi, dans sa déclaration, elle a rappelé qu’il est nécessaire de se concentrer sur la promotion de l'engagement dans les efforts de sensibilisation à la gravité de cette nouvelle forme d'esclavage, dans le contexte de la lutte contre ce crime, en particulier à la lumière du manque de signalement des cas d'exploitation sexuelle (en particulier contre les femmes et les enfants), des mariages forcés et d’autres manifestations et crimes de traite des êtres humains.

Il est à noter que la Commission national de lutte et de prévention contre la traite des êtres humains, dont le CNDH est membre, a enregistré une augmentation des affaires liées au crime de traite des êtres humains au Maroc depuis l'entrée en vigueur, en Aout 2016, de la loi n ° 14-27 relative à la lutte contre la traite des êtres humains.

Des chiffres alarmants

Au niveau national et selon les données disponibles, les affaires liées aux crimes de traite des êtres humains sont passées de 17 cas en 2017 à 80 en 2018, et elles ont doublé en 2019 à 151 cas. Les trois dernières années ont enregistré le suivi de 585 personnes dans des affaires de traite des êtres humains, dont 144 femmes et 84 étrangers.

Les victimes de la traite des personnes sont, quant à elles, au nombre de 719, dont 283 ont été victimes d’exploitation sexuelle, 58 personnes ont été exploitées dans la mendicité, tandis que 35 personnes ont été soumises au travail forcé. Les mandats de perquisition nationaux délivrés contre les suspects dans ces affaires se sont élevés à 137, et 443 personnes ont été placées sous des mesures de surveillance.
Selon le site Internet des Nations Unies, les femmes représentent 49% (tandis que les filles représentent 23%) du total des victimes de la traite des êtres humains au niveau international. A cet égard, l'exploitation sexuelle est le phénomène le plus courant avec 59%, suivie du travail forcé avec 34%.

Il est important de rappeler que le Maroc a œuvré pour le renforcement de sa législation nationale en promulguant la loi n ° 14-27 relative à la lutte contre la traite des êtres humains, entrée en vigueur le 25 août 2016. Cette loi a défini le crime de traite des êtres humains d'une manière conforme à la définition internationale comme indiqué dans le protocole pour prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, complétant la Convention de Palerme contre la criminalité transnationale organisée.

  


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Septembre 2020 - 09:16 ONU/Guerguerat : un nouveau coup dur pour le Polisario