L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






International

Libye : Atmosphère positive lors du dialogue libyen au Maroc


Rédigé par La rédaction le Dimanche 3 Octobre 2021

Le Maroc a accueilli un nouveau cycle de négociations entre des délégations de la Chambre des représentants et du Haut Conseil d’État libyens. Les résultats penchent vers le succès pour résoudre le différend inter-libyen.



Libye : Atmosphère positive lors du dialogue libyen au Maroc
Les deux parties libyennes ont annoncé qu’elles étaient parvenues à des accords sur les lois électorales, qui seront présentées à la présidence des deux conseils avant qu’elles ne soient officiellement approuvées, dans un nouvel effort pour éliminer les différences les plus importantes qui ont entravé la mise en oeuvre des plus importantes et dernières dispositions de la feuille de route politique menant aux élections législatives.

Bien qu’ils n’aient pas annoncé d’accord définitif sur la loi électorale, qui était au centre des discussions au cours des deux jours de pourparlers au Maroc entre les délégations de la Chambre des représentants et de l’État, ils ont annoncé que des ententes préliminaires avaient été conclues, ce qui pourrait être une pierre angulaire d’un accord final dans un proche avenir, rapporte l’Indépendant version arabe.

La déclaration finale de la réunion de Rabat décrit les consultations comme « se déroulant dans des conditions amicales et fraternelles dans lesquelles règnent la compréhension et le consensus entre les partenaires d’un même pays », tout en mettant l’accent sur « la participation de la partie marocaine et des membres de la mission onusienne dans la gestion des négociations».

La communauté internationale appelée à soutenir le processus électoral

Les délégations des deux conseils ont appelé la communauté internationale à « soutenir le processus électoral en Libye conformément aux lois convenues et sur la base des résultats du Forum de dialogue politique libyen, et à veiller au respect de ses résultats en mettant à disposition des observateurs internationaux pour assurer le bon déroulement de cet important droit national».

Le président de la Commission législative et constitutionnelle de la Chambre des représentants, Ramadan Muhammad Shambash, a déclaré que «les consultations qui ont eu lieu à Rabat avec une délégation du Conseil d’Etat ont porté sur la loi sur les élections législatives».

Shambash a expliqué que «des représentants du Conseil d’Etat ont soumis un projet pour consultation et consensus avec la Chambre des représentants, concernant cette loi». Il a souligné que « la Chambre des représentants est déterminée à organiser les élections le 24 décembre prochain, et il était donc nécessaire pour nous de préparer une loi pour élire le président, afin que nous puissions obtenir ce droit à temps, pour sortir la Libye de sa crise ».

En revanche, un membre du Conseil d’Etat, Fathallah Al-Sariri, a confirmé que «les rencontres avec la délégation de la Chambre des représentants au Maroc se sont déroulées à un bon rythme». Il a ajouté que «les séances de dialogue entre les deux conseils ont eu lieu en présence de la mission de l’ONU, et il n’y a aucune vérité sur des altercations ou des bagarres violentes, comme cela a été dit dans certains médias».


Un optimisme prudent

Il a poursuivi : «Nous avons discuté lors des négociations de vendredi du projet de loi sur les élections législatives soumis par notre parlement, et il y a un accord préliminaire avec la délégation du parlement sur ses articles».

Al-Sariri a souligné qu’« il y a une divergence de vues entre les deux délégations concernant la loi sur les élections présidentielles, et que certains membres de la délégation parlementaire refusent d’en discuter, car elle a déjà été approuvée au Parlement, et certains d’entre eux voient la possibilité de modifier certains de ses articles controversés ».

Il a souligné que «les réunions se poursuivront jusqu’à ce qu’un véritable consensus soit trouvé et qu’un accord satisfasse les deux conseils et les partis politiques en Libye». En parallèle, et malgré l’atmosphère positive qui a caractérisé la réunion au Maroc, les premiers résultats du nouveau cycle de négociations ont été accueillis avec beaucoup de prudence en Libye, craignant une nouvelle flambée de divergences entre eux, comme cela s’est produit après tous les cycles de négociations précédents.

Les militants craignent que l’absence d’un accord définitif entre les deux parties sur les lois électorales, ne traduise un statu quo malgré la tentative de réassurance qui a prévalu sur le discours du communiqué final des négociations de Rabat.

 


Des observateurs internationaux pour superviser le processus électoral

Un communiqué publié par les deux parties, souligne la nécessité « de soutenir le processus électoral en Libye conformément aux lois convenues et sur la base des résultats du dialogue politique libyen, et de veiller au respect de ses résultats par la mise à disposition d’observateurs internationaux pour veiller au bon déroulement de ce droit ».

Le communiqué a souligné «l’importance des élections et la nécessité de faire passer la Libye à un stade permanent et stable», notant que «les réunions se sont déroulées dans des conditions amicales et fraternelles où règnent la compréhension et le consensus».

Auparavant, l’ambassadeur de Washington à Tripoli, Richard Norland, a déclaré, à l’issue de la séance d’ouverture de la réunion à Rabat, qu’il fallait une base constitutionnelle et légale pour créer les conditions de lancement de la campagne électorale. La réunion consultative a discuté de la loi électorale libyenne, à l’approche de la tenue des élections présidentielles et législatives, le 24 décembre prochain.

Le Maroc a déjà accueilli 5 rounds de dialogue entre les parties en conflit en Libye, dont le dernier a eu lieu en janvier 2021, au cours desquels il a été convenu d’un mécanisme pour assumer des positions souveraines.

Depuis le 16 mars dernier, la Libye a connu une percée politique après des années de guerre, en prenant le contrôle d’une autorité de transition élue qui comprend un gouvernement d’union et un conseil présidentiel, dont la mission est de conduire le pays aux élections, avant que la tension ne revienne.